Entretiens
Quand le point de vie feminin est important
Pour la première fois depuis 1924, un symposium Apimondia aura lieu au Québec. Cet évènement d'envergure internationale se tiendra du 16 au 18 novembre prochain à l'Hôtel Château Laurier, à Québec, sous le thème « Élevage de reines, sélection et pathologie de l'abeille mellifère ».

Organisé par le Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec (CRAAQ), le symposium bénéficie de l'appui du Conseil canadien du miel, de la Fédération des apiculteurs du Québec, du ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec (MAPAQ), du Centre de recherche en sciences animales de Deschambault (CRSAD) et de l'Office du tourisme de la Ville de Québec, de même que de celui de plusieurs commanditaires, dont Citadelle. L'événement se déroulera essentiellement en anglais, avec traduction simultanée en français.

C'est à titre de membre du Comité apicole du CRAAQ que Pierre Giovenazzo assume la présidence du comité organisateur local. « C'est un symposium conçu pour les apiculteurs, souligne ce chercheur en apiculture au CRSAD et chargé de cours au Département de biologie de l'Université Laval. Tous les symposiums d'Apimondia sont scientifiques, mais en même temps accessibles aux apiculteurs. C'est le principe Apimondia, nom usuel de la Fédération internationale des associations d'apiculteurs. »

Membre du Comité apicole du CRAAQ, Pierre Giovenazzo assume la présidence du comité organisateur local du symposium Apimondia.

Bien branché dans les milieux apicoles internationaux, Pierre Giovenazzo a conçu la programmation avec l'appui de madame Patricia Turmel, du CRAAQ, et établi les premiers contacts avec les organisations partenaires et les conférenciers. On remarquera que le programme de l'édition 2012 ne comporte aucun exposé sur les pesticides, un thème largement couvert ailleurs. « C'est un choix délibéré, explique le président du comité organisateur, car avec tout le brassage actuel sur les pesticides, c'est principalement à cela que plusieurs fonds de recherche sont maintenant affectés. Or, cela aide peu les producteurs apicoles à faire le travail directement relié à leur profession. Avec cette programmation, poursuit‑il, nous souhaitons remettre à l'avant-plan des sujets fondamentaux qui vont aider les apiculteurs à améliorer le rendement de leurs ruchers, soit l'élevage, la sélection et les pathologies des abeilles. »

Selon le scientifique, qui fera lui-même une présentation sur le programme d'élevage et de sélection d'abeilles mellifères qu'il mène au CRSAD, les conférences à ne pas manquer pour les apiculteurs sont celles de :

    • Gilles Ratia, président d'Apimondia, sur les nouveaux défis pour les systèmes d'assurance qualité dans une mondialisation du marché;

    • Marla Spivak, Ph. D., professeur, Département d'entomologie de l'Université du Minnesota, États-Unis (Élevage de la lignée « hygiénique »; Transfert technologique des résultats de la recherche en sélection et élevage de l'abeille mellifère);

    • Sue Cobey, apicultrice, Université de l'État de Washington et Université de Californie (Élevage fermé de la lignée « New World Carniolan »; L'insémination artificielle et son utilisation aujourd'hui);

    • Ralph Büchler, Ph. D., professionnel de recherche et chef de l'Institut sur l'abeille (Landesbetrieb Landwirtschaft Hessen/Bieneninstitut Kirchhain), en Allemagne (Programme allemand d'élevage pour augmenter la résistance aux maladies et la productivité; L'adaptation et la diversité des abeilles européennes comme facteurs clés pour la survie et la productivité des colonies);

    • Wolfgang Ritter, président de la Commission scientifique santé de l'abeille, Allemagne (Contrôle de Varroa destructor);

    • Ingemar Fries, professeur, Université d'agriculture et des sciences de Suède (Nosema apis et Nosema ceranae; Infections, dynamiques virales et contrôle des acariens);

    • Denis van Englesdorp, M. Sc., Ph. D., assistant de recherche, Université du Maryland, États‑Unis (Épidémiologie en action dans le monde apicole; Examen historique des populations d'abeilles en Europe et aux États-Unis); et

    • Jay Evans, Ph. D., chercheur en entomologie, Laboratoire de recherche apicole, Département d'agriculture des États-Unis (Contribution des outils génomiques à la santé de l'abeille mellifère; Survie des abeilles mellifères confrontées aux maladies).
« Tous ces scientifiques ont été choisis pour leurs talents de communicateurs et de vulgarisateurs, ainsi que pour la nature très appliquée de leurs travaux de recherche », assure celui qui a eu l'occasion de les entendre tous par le passé.
La programmation du dimanche est également très axée vers les apiculteurs, explique M. Giovenazzo. Ainsi, un atelier amènera un premier groupe de congressistes au CRSAD, où une demi-journée de formation sur l'hivernage leur sera offerte. Un deuxième atelier portera pour sa part sur la gestion des colonies d'abeilles en apiculture à grande échelle. Les places étant limitées dans les deux cas, il faut réserver dès maintenant son inscription.
Dans le but de permettre aux participants de prendre connaissance de ce qui se fait actuellement comme recherche de pointe un peu partout dans le monde, le symposium accueillera en plus une douzaine de chercheurs et de candidats au doctorat qui viendront présenter un résumé de leurs travaux. Comme dans tout bon congrès, les dernières innovations en apiculture seront aussi présentées dans un hall d'exposition et des activités sociales permettront aux participants de discuter et de réseauter.
À la mi-août, près de 200 inscriptions avaient déjà été reçues. Les participants viennent principalement du Canada, mais aussi des États-Unis, d'Europe et d'Afrique francophone.

Pour s'inscrire ou pour consulter le programme, rendez-vous sur le site du CRAAQ à www.craaq.qc.ca/le-calendrier-agricole/apimondia-symposium-2012/e/1205.

Retour

Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés