Entretiens
Dans le cadre du Sommet international des coopératives, La Coop fédérée, la coopérative indienne IFFCO (Indian Farmers Fertiliser Co-operative) et Investissement Québec ont annoncé un important investissement de 1,2 milliard de dollars dans une future usine de production d'urée. Entretien avec le président et le chef de la direction de La Coop fédérée.
Le Coopérateur agricole En quoi consiste cette entente que La Coop fédérée a prise avec IFFCO?
Denis Richard L'entreprise qui prend le plus grand risque est la coopérative indienne. La Coop fédérée possèdera 16 % de l'entreprise et IFFCO 52 %. Investissement Québec et un autre partenaire seront propriétaires à 16 % chacun. Dans trois ans, si nous nous rendons jusqu'au bout du projet, nous aurons investi 65 millions $.
Claude Lafleur L'entente compte trois phases. D'abord, le conseil d'administration a accepté d'étudier la faisabilité du projet. Cette phase coûte 20 millions $. La Coop fédérée et trois autres partenaires participeront, à parts égales, à cette première phase. Une autre phase consiste en la démarche pour obtenir les permis en environnement. La dernière étape est la construction, qui commencera en 2014 pour se terminer en 2017. C'est un engagement sérieux que nous avons pris, même si chaque étape devra être approuvée par le conseil d'administration.

IFFCO, en bref

Nombre de membres : plus de 50 millions

Nombre de coopératives affiliées : 40 000

Chiffre d'affaires : plus de 5 milliards $

Exploite cinq usines de production d'engrais en Inde (voir la carte). Ses activités de mise en marché et de distribution sont réparties dans l'ensemble du pays.

Détient des participations dans des usines dans le sultanat d'Oman, en Jordanie et au Sénégal. A aussi investi en Australie, au Pérou et en Argentine.

Est l'une des plus grandes coopératives d'engrais du monde.

Est reconnue pour son engagement envers les collectivités locales en Inde, dans les domaines de l'éducation, de la santé et de l'approvisionnement en eau potable.

CA Pourquoi IFFCO a-t-elle choisi La Coop fédérée pour mettre en place cette usine?
DR La coopérative indienne aurait eu la capacité financière de mettre 100 % du capital dans cette usine. Mais ce n'est pas dans sa mentalité. Quand elle est en dehors de son pays, elle préfère avoir des partenaires. Et elle souhaitait surtout une entente avec une coopérative.
CL En plus du partenariat avec nous, une coopérative, elle recherchait également un lieu où le gaz naturel, qui compte pour 75 % du coût de production de l'urée, est disponible sur une période d'au moins 40 ans à coût compétitif. Elle recherchait enfin un accès facile au transport par bateau, par camion et par train. Nous avons tout cela à offrir dans la région de Bécancour.

CA Qu'apportera cet investissement à La Coop fédérée et, par conséquent, aux producteurs agricoles?
DR Nous prendrons part à la chaîne de production d'engrais minéraux, à un stade encore plus en amont par rapport à ce que nous avons fait jusqu'à maintenant. Donc, 40 % de la fabrication de l'usine servira à répondre aux besoins du réseau La Coop. Les autres 60 % seront commercialisés en Amérique du Nord, et La Coop fédérée sera responsable de la commercialisation de tout le produit.
CL C'est, en effet, l'allongement de la chaîne de valeur qui fera que les producteurs auront accès à l'élément le plus stratégique, le plus rentable et le plus sûr de la chaîne. On n'importera plus de l'extérieur. L'usine continuera de produire en hiver. S'il y a un printemps hâtif, on aura de l'urée en permanence, peu importe que la Voie maritime soit ouverte ou pas. C'est un investissement pour le long terme.

CA Le besoin d'IFFCO n'est donc pas d'importer la production d'urée en Inde.
DR Non, aucun produit ne sortira du continent nord-américain tant que la coopérative n'aura aucun problème d'appro­visionnement. Il faut savoir que cinq de ses usines d'urée sont situées en Inde, et cinq autres au Moyen‑Orient dans des pays politiquement instables. Or, s'il y avait conflit et que l'une ou l'autre de ces usines devait fermer ses portes, elle rapatrierait les 60 % de production vendus en Amérique du Nord pour répondre aux besoins de ses membres. Nous sommes toutefois assurés d'avoir accès en tout temps à 40 % de la production.
Retour

Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés