Entretiens
Certaines plantes d'intérieur, comme le spathiphyllum ou le ficus (pour ne nommer que les plus communes), auraient pour effet de purifier l'air de nos maisons. Selon une étude de la NASA, les plantes d'intérieur pourraient en effet éliminer en 24 heures jusqu'à 87 % des composants organiques volatils (COV) libérés par les produits de nettoyage, les colles à tapis, les encres à imprimantes ou le tabac !
Pour un effet optimum, cette même étude recom­mande toutefois d'avoir au moins une plante pour neuf mètres carrés (100 pi2). Comme le pouce vert n'est pas donné à tous, voici quelques conseils pour garder ces précieux purificateurs d'air en bonne santé !

Éclairage
Trois aspects de la lumière agissent sur la croissance des plantes : sa quantité (nombre d'heures de lumière du jour), son intensité (niveau d'ensoleil­lement, de plein soleil à ombragé) et son spectre (couleur chaude ou froide).

Les plantes qui manquent de lumière se reconnaissent aux signes suivants : croissance chétive, lente ou inexistante; nouvelles feuilles plus petites que les anciennes; jaunissement des feuilles du bas; floraison faible ou absente; plantes panachées qui deviennent vertes; nouvelles tiges qui poussent vers la lumière.

À l'opposé, les signes d'excès incluent : taches brunes sur les feuilles; feuilles d'apparence fanée ou délavée; flétrissement l'après-midi; sécheresse puis chute des feuilles.

Arrosage
L'excès d'arrosage est le facteur qui tue le plus de plantes ! Voici trois règles à suivre. 1) Arrosez toujours avec de l'eau à température ambiante (20 °C). 2) Arrosez profondément, mais laissez le terreau sécher un peu entre les arrosages. Un hygro­mètre vous aidera à mesurer l'humidité du sol. 3) Après l'arrosage, inclinez le pot quelques minutes pour permettre à l'excès d'eau de sortir.

Humidité
De nombreuses plantes préfèrent un taux d'humidité supérieur à celui qu'on trouve habituellement dans nos maisons, particulièrement en hiver, avec le chauffage. Pour compenser, vaporisez-les avec de l'eau à la température de la pièce plusieurs fois par jour. Les signes de manque d'humidité comprennent le flétrissement du plant, le brunissement des pointes ou des bords des feuilles, la flétrissure des boutons floraux dès leur ouverture.

Fertilisation
Il ne faut jamais fertiliser une plante nouvellement achetée ou fraîchement rempotée. Dans le premier cas, la plante sera stressée par le déménagement et mettra un ou deux mois à s'adapter à son nouvel environnement. Dans le deuxième cas, les bons terreaux de rempotage contiennent suffisamment de fertilisants pour quelques semaines. Sauf pour les plantes à fleurs, qui demandent des formules particulières, la plupart des plantes ont besoin d'un fertilisant équilibré, comme la formule 10-10-10. N'utilisez pas la dose de fertilisant recommandée sur l'étiquette, la moitié suffit.

L'excès de fertilisant peut brûler les racines et les feuilles. Il se manifeste par des taches brunes sur les feuilles ou des rebords roussis, des feuilles déformées, des feuilles flétries ou une croûte blanche à la surface du terreau ou qui se colle aux parois du pot.

N'oubliez pas qu'un fertilisant n'est pas un remède ! Il ne sert à rien d'en mettre sur une plante qui souffre d'une maladie, d'une infestation d'insectes ou de dommages aux racines.

Rempotage
À la base, le terreau fournit trois éléments nécessaires à la survie d'une plante : 1) un support, 2) une réserve d'eau et de nutriments, et 3) une bonne perméabilité à l'air pour que l'oxygène se rende aux racines. À mesure que le terreau se compactera dans le pot, les racines manqueront d'oxygène. Il faudra alors rempoter.
Retour

Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés