Entretiens
C'est ainsi que le Wisconsin State Journal a qualifié la World Dairy Expo, dont la plus récente édition s'est tenue à Madison, la capitale du Wisconsin, du 2 au 6 octobre dernier, sous le thème « Market Fresh ». Quelque 75 000 visiteurs en provenance de 90 pays ont assisté à cet événement, qui se déroule chaque année depuis 1966. Au total, 2900 vaches, en provenance de 43 États américains et 6 provinces canadiennes, y étaient exposées. Plus de 860 exposants d'une trentaine de pays étaient sur place pour présenter leur expertise. Plusieurs éleveurs et experts-conseils du réseau La Coop ont assisté à l'expo, pour y présenter des animaux ou les préparer à se montrer sous leur plus beau jour. Certains ont même décroché de grands honneurs. Nous avons recueilli quelques-unes de leurs impressions.

 Dave Rousseau et Josée Charron 

Propriétaires du troupeau Brown Heaven, de Verchères, ces deux jeunes producteurs se sont distingués en remportant le premier prix de la classe Deux ans junior dans la race Suisse Brune.

Le Coopérateuragricole Pourquoi la Suisse Brune ?
Dave Rousseau Un de mes oncles en élevait. J'ai travaillé chez lui quand j'étais à l'ITA. Jusqu'à il y a cinq ans, le père de Josée avait des Holstein. On a changé, parce que c'est, à nos yeux, une vache plus docile et plus résistante aux maladies. Côté génétique, c'était beaucoup plus abordable pour nous d'acheter de bons sujets Suisse Brune pour commencer.

La World Dairy
Expo 2013


La prochaine édition de la World Dairy Expo se tiendra à Madison du 1er au 5 octobre et aura pour thème « Center of the Dairy Universe » (le centre de l'univers laitier).

www.worlddairyexpo.com

CA Est-ce votre première présence à Madison ?
DR Non, ça fait quatre ans qu'on expose des sujets ici. La première année, on avait exposé deux sujets qui avaient moyennement bien performé. Il y a deux ans, on en a emmené trois, et la meilleure vache a fait une quatrième place. L'an passé, sur quatre vaches, on a aussi obtenu une quatrième place. Cette année, on en avait six. Notre vache a aussi remporté les titres de Meilleur pis de sa classe et de Meilleur éleveur et propriétaire. Si je ne me trompe pas, c'est la première fois qu'une vache d'élevage canadien gagne dans une classe Suisse Brune en lait.

CA Qu'est-ce que cela vous apporte de gagner ce titre et quelles sont les prochaines étapes ?
DR On est très fiers. Madison est le plus gros show pour la race Suisse Brune. Le bassin est aux États-Unis. Gagner ici, c'est réellement se distinguer parmi les meilleurs en Amérique du Nord. Avant de gagner, on s'est fait offrir une très gros somme pour notre vache. On a refusé. Grâce au prix, on a décroché des contrats d'embryons et de taureaux. On veut exploiter au maximum sa génétique pour remplir les contrats. Quand on a commencé, Josée et moi, la Suisse Brune ne jouissait pas au Québec d'une bonne réputation à cause de son apparence générale. Notre but, ce n'est pas d'en faire une Holstein brune. En voyant la conformation de nos vaches, on veut que les gens disent wow ! La Suisse Brune peut concurrencer toutes les autres races. On a présentement 18 kg de quota et on trait une quinzaine de vaches. L'année passée, on a fini quatrièmes pour la production au Québec et on s'est construit une étable neuve. On a de la place pour 36 vaches attachées. Notre but, c'est de produire une trentaine de kilos. Je suis expert-conseil à temps plein à La Coop Comax et Josée travaille à temps plein à la ferme. Son père a 325 ha en culture. On a déjà un des meilleurs troupeaux au Québec. On veut avoir un des meilleurs troupeaux au Canada.

Préparateur d'animaux d'exposition
Une expertise qui demande concentration, minutie et professionnalisme

Joël Lepage
Expert-conseil à La Coop La Matapédienne et à Purdel, Joël s'est forgé, depuis 2000, une expertise reconnue un peu partout dans le monde. Des éleveurs d'Amérique du Nord, d'Amérique du Sud et d'Europe ont connu du succès grâce à ses qualités de préparateur d'animaux d'exposition. « On ne prépare pas un animal du jour au lendemain, dit-il. Ça demande des mois. Mais une fois sur place, à l'exposition, on met d'abord deux bonnes heures pour la tonte. Ensuite, on repasse plusieurs jours de suite pour peaufiner le travail. Tout est dans les détails. » En 2011, Joël et sa conjointe, Mireille Lavoie, ont fait l'acquisition d'une exploitation de 50 vaches à Amqui, dans le Bas-Saint-Laurent. Il limite depuis ses participations aux grandes expositions nord-américaines – : Saint-Hyacinthe, Toronto et, où il a été lui-même exposant l'automne dernier –, Madison.


Sarah Poulin
Passionnée par les vaches depuis toujours, Sarah, 22 ans, de la Ferme Jeanlu, à Saint-Georges de Beauce, était à Madison pour préparer et présenter une de ses vaches, mais également celles de Jeff Butler, dont plusieurs ont remporté des premiers prix lors du jugement Holstein. Éleveur réputé de l'Illinois et propriétaire de l'exploitation Butlerview Farm, Jeff avait entendu parler d'elle, il y a quelques années, grâce à ses nombreux contacts. En matière de préparation d'animaux, la réputation de Sarah avait déjà fait son chemin. C'est pourquoi il l'a invitée, après ses études, à venir s'occuper de ses vaches pendant trois mois dans sa ferme du Midwest américain. « Je n'en revenais pas, dit-elle, j'ai sauté sur l'occasion. Ç'a été une expérience extraordinaire ! J'ai appris énormément. L'exposition, on s'y prépare à longueur d'année. » Sarah a fait l'objet d'un reportage dans le numéro de décembre 2012 de la prestigieuse revue Holstein Journal.


Jonathan Lemay
Jonathan prépare des animaux aux expositions depuis son passage au sein de l'Association des jeunes ruraux. Il se consacre aujourd'hui à sa famille (Carine Neault et Jonathan ont quatre enfants), à la ferme de 56 vaches Ayrshire que le couple possède à Sainte-Françoise-de-Lotbinière, et à la préparation de leurs propres animaux, en plus de ceux de quelques éleveurs.

CA Depuis quand participes-tu à la World Dairy Expo ?
JL Chaque année depuis 1998.

CA Combien d'animaux as-tu préparés ?
JL Des centaines. Quand les douanes étaient fermées, je venais travailler pour les Américains, avec Mike Deaver en particulier. J'ai tout le temps eu de bons résultats.

CA Parmi tous les animaux que tu as préparés, quelle est ta plus grande fierté ?
JL Il y en a plusieurs. À la Royale de Toronto, en 2004, j'ai préparé Jacobs Spirit Valsie, de la Ferme Léo Jacobs. Elle a remporté le prix de la meilleure Quatre ans dans la race Holstein. Ici, à Madison, en 2011, j'ai préparé et présenté une de nos vaches, Forever Schoon Ping. Elle a obtenu le titre de Championne intermédiaire. Ce sont des feelings qui ne s'achètent pas. Surtout quand on nomme ton nom, à Madison, en première position : « Ferme de la Plaine, Québec », c'est assez hot ! J'aimerais souligner l'appui de mes beaux-parents, qui nous aident beaucoup à nous occuper de la ferme lorsque je suis ici.

CA Quel est ton objectif à la ferme ?
JL Ça fait six ans qu'on participe au programme de qualité du lait de la Fédération des producteurs de lait. On s'est toujours classés parmi les cinq premiers. On a fini deuxièmes en 2011. De plus, notre but est d'avoir le plus de belles vaches possible pour vendre des sujets et des embryons et nous faire connaître. La consécration serait de décrocher le titre de Maître-éleveur Ayrshire [NDLR. Avant d'aller sous presse, nous avons appris que le troupeau De La Plaine a reçu l'excellente nouvelle de l'Association Ayrshire Canada, au début février.]. On le saura en février, lors de l'assemblée annuelle de l'association.
Retour

Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés