Entretiens
L'enrichissement constant des connaissances en élevage, en nutrition et en génétique entraîne indéniablement une amélioration des performances. Par conséquent, il faut ajuster les aliments dans le temps afin de répondre aux besoins des poulets qui évoluent.
fin de rester dans le peloton de tête, les aliments pour poulets de chair du réseau La Coop sont maintenant offerts avec deux profils nutritionnels. Comme présenté à la journée avicole La Coop de l'an dernier (juin 2012), un profil de base garantit des résultats satisfaisants, et un profil plus dense en nutriments vous permet d'atteindre des résultats supérieurs.

Nous testons constamment nos aliments en conditions commerciales, et ces tests nous ont permis de chiffrer les impacts des deux niveaux nutritionnels de nos aliments. Les données se confirment dans le temps, car les écarts observés entre les résultats obtenus avec les deux densités nutritionnelles se répètent et se maintiennent.

La différence majeure sur le plan des résultats entre les deux densités nutritionnelles se trouve dans la conversion alimentaire des oiseaux. Résultat de la division de la quantité d'aliments consommés par le poids d'abattage des oiseaux, le programme plus dense réduira de 0,070 (ou 4 %) le quotient de ce calcul. Il en résultera, par le fait même, un rendement économique accru. Un gain de poids journalier augmenté est aussi une conséquence des aliments plus denses en nutriments (atteinte plus rapide du poids d'abattage désiré).

Dans un contexte où le coût des aliments est élevé, comme c'est le cas présentement au Québec, il y a quelques points à observer :

• Réduire le temps d'élevage (sortir les poulets le plus vite possible – atteindre le poids d'abattage visé le plus rapidement possible)
• Viser la conversion alimentaire la plus basse possible
• Investir dans un aliment un peu plus coûteux, mais plus dense en nutriments
• Respecter le poids d'abattage visé (c'est-à-dire ne pas le dépasser, car les poids « records » coûtent très cher à atteindre)

Dans le contexte actuel, ces éléments nous motivent à préférer le profil nutritionnel plus dense, à condition d'être conscients que ce profil demande plus d'attention ou, autrement dit, diminue le droit à l'erreur en cours d'élevage. Bien que les aliments avec profil standard soient plus « conservateurs » en ce qui concerne les résultats, il n'en demeure pas moins qu'il faut s'occuper autant de nos oiseaux et veiller à maintenir un niveau de gestion élevé.

Le réseau La Coop vous offre donc deux options : obtenir des résultats plus « conservateurs » avec un aliment de base, ou investir un peu plus dans un aliment plus dense et atteindre en retour des rendements plus élevés. C'est comme un profil d'investisseur quand on magasine des produits financiers : il faut être suffisamment à l'aise avec son choix pour bien accepter les conséquences qui en découlent. Le conseiller en aviculture de votre coopérative est le mieux placé pour évaluer votre « profil ». Consultez-le.

Bon succès dans vos élevages de poulets de chair !
 
Retour

Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés