Entretiens
Copropriétaire de la ferme laitière Claudor, Doris Roberge est aussi administratrice de La Société coopérative agricole de Saint-Adrien d'Irlande depuis 2010, ambassadrice de l'UPA pour la Fédération Lotbinière-Mégantic depuis 2012, coordonnatrice des portes ouvertes de l'UPA dans son secteur depuis une dizaine d'années et secrétaire du Cercle d'amélioration du bétail depuis 35 ans. Tout un programme pour une femme qui, ayant beaucoup travaillé à la ferme de son père dans sa jeunesse, ne voulait surtout pas devenir agricultrice!

« Il ne faut jamais dire : "Fontaine, je ne boirai pas de ton eau" », lance-t-elle en riant, car elle a finalement épousé un jeune agriculteur qui avait déjà donné des cours à son père. « C'est fort, l'amour! Ça fait 35 ans qu'on est ensemble et je ne regrette rien », confie cette reconvertie à l'agriculture, qui est même allée chercher trois attestations d'études collégiales!

Avec son mari, Claude Labranche, et le deuxième de leurs trois fils, elle exploite aujourd'hui une ferme laitière qui compte une centaine de têtes et 150 ha de terres, dont 86 en culture. « On a apporté beaucoup d'améliorations à la ferme ces dernières années : fosse à fumier, construction d'un garage, quotas. Maintenant, on se concentre surtout sur la génétique des animaux. »

Tous deux à la fin de la cinquantaine, les conjoints n'envisagent pas encore la retraite. « Mais un transfert, ça se prépare longtemps à l'avance », fait remarquer l'agricultrice. Bien qu'une opération aux deux genoux l'ait obligée à ralentir le rythme en 2007, elle participe encore au « train » soir et matin ainsi qu'aux travaux d'été. Responsable de la comptabilité, elle a cependant délégué la gestion des animaux à son fils, diplômé en production laitière et passionné de génétique, qui aspire à prendre un jour la relève de l'entreprise familiale.

Cela lui laisse plus de temps pour ses activités bénévoles. Ainsi, à titre d'ambassadrice de l'UPA, elle a rendu visite à sept nouveaux membres dans la dernière année. Recrutée par UPA Développement international l'an dernier, elle a aussi accompagné, pendant 19 jours, un groupe d'Africains en visite de formation dans sa région. « J'ai trouvé l'expérience extraordinaire! s'exclame-t-elle. J'ai autant appris d'eux qu'ils ont appris de moi. » Également engagée dans sa collectivité, elle est notamment marguillère de sa paroisse depuis décembre 2010. Elle est aussi impliquée depuis 2007 dans plusieurs initiatives de développement locales dans le cadre du Pacte rural.

Comme administratrice de La Société coopérative agricole de Saint-Adrien d'Irlande, elle prête régulièrement main-forte au couple qui en assure la gestion. Il faut dire qu'avec seulement deux employés, 64 membres producteurs et 25 membres auxiliaires, cette coopérative (qui possède une quincaillerie) est l'une des plus petites du réseau. « Depuis deux ans, on a quand même dépassé le million de dollars en chiffre d'affaires », souligne-t-elle fièrement.

C'est par pur hasard que cette coopératrice de longue date est entrée au conseil d'administration. « J'assistais à l'assemblée générale annuelle. Il y avait un poste vacant à pourvoir. Et comme je répondais aux critères, on m'a proposée et j'ai accepté », raconte-t-elle.

Dans les faits, elle prenait ainsi le relai de son beau-frère, qui avait lui-même succédé à son père, un des fondateurs de la coopérative. Cette tradition familiale, elle a bien l'intention de la poursuivre et peut-être même de la transmettre à son fils. « Ce que j'aime du CA, c'est qu'on est tenus au courant de bien des choses. Pas juste au sujet de notre coopérative, mais aussi du mouvement coopératif. »
Retour

Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés