Entretiens
Jérôme Auclair, Ph. D.
Professionnel de recherche La Coop fédérée
jerome.auclair@lacoop.coop
Pour augmenter le rendement du soya, il faudra procéder à des ajustements agronomiques, en gestion notamment, qui, à leur tour, entraîneront des ajustements génétiques.

lorsque nous utilisons de la machinerie au champ, que ce soit la batteuse, le semoir ou le pulvérisateur, il est toujours important d'en régler adéquatement les différentes composantes afin d'obtenir la meilleure performance. Au cours des 40 dernières années, de nombreuses études ont rapporté jusqu'à 15 % de pertes à la récolte. Mais avec les années, de meilleures composantes d'équipement – tables à grains et barre de coupe flottante, par exemple – ont ramené ces pertes à des niveaux moindres. Un bon opérateur qui effectue des réglages appropriés pendant la récolte constitue aussi un facteur majeur pour l'efficacité d'une batteuse.

Comme la machinerie, les systèmes de cultures ont eu aussi besoin d'ajustements constants pour s'adapter à diverses conditions. Ces ajustements ont deux cibles principales : l'agronomie et la génétique. La combinaison des deux est la clef du succès pour un agriculteur. La météo est un troisième facteur influent, mais, malheureusement, nous n'avons aucun contrôle sur mère Nature.

Les décisions agronomiques (rotation, travail du sol, gestion du travail et du temps, etc.) sont généralement prises en premier, car elles auront des conséquences pour plusieurs années à venir. Ensuite, les décisions en matière de génétique, pour les semis, sont prises sur une base annuelle. Il faut garder en tête que la météo, la génétique et les pratiques agronomiques ont une influence l'une sur l'autre et doivent être considérées comme un tout.

Plusieurs d'entre vous auront sûrement remarqué la tendance vers l'utilisation de variétés de soya de plus longue saison au Québec. Voilà un bon exemple d'ajustement qui prend en compte les trois facteurs discutés. Traditionnellement, le soya au Québec est semé tard (après le maïs) et récolté tôt (avant le maïs). Serait-il possible d'ajuster nos pratiques agronomiques pour profiter d'une saison un peu plus longue ? Un semis un peu plus tôt et une récolte un peu plus tardive peuvent nous donner jusqu'à 10 jours de croissance supplémentaires et le rendement qui vient avec ! Par contre, il reste un facteur à modifier pour bien tirer profit de cette saison plus longue : c'est la génétique. Comme nous changeons la longueur de la saison, il faut réajuster nos autres composantes, soit, dans notre cas, les variétés de soya.

Dans cette optique de réajustement constant des systèmes de culture du soya, la Ferme de recherche en productions végétales de La Coop fédérée planche sur l'augmentation des rendements grâce à la régie agronomique dont, notamment, la génétique. Pour la saison 2014, Elite offrira des nouveautés qui permettront de bien répondre aux besoins des agriculteurs en quête d'un système de production aux rendements maximums.

Les nouvelles variétés Imana R2 et CKX4110 (code expérimental) ont été sélectionnées pour bien répondre à un système plus intense de production de soya avec, en particulier, une maturité plus tardive.

Imana R2, avec une maturité de 1.8, assure une pleine saison dans les régions plus chaudes du Québec. Imana R2 a un potentiel de rendement supérieur (107 %), comme indiqué par Réseaux grandes cultures du Québec (RGCQ) 2012. Elle possède le gène de résistance à la pourriture phytophthoréenne (Rps1k) et résiste éga­lement au nématode à kystes du soya ainsi qu'au Sclerotinia (index le plus bas selon le RGCQ).

Pour les régions un peu plus fraîches, qui ont aussi avantage à augmenter les rendements en allongeant la saison par des pratiques agronomiques progressives, nous introduisons une nouvelle variété en 2014 (CKX4110, nom proposé : Katonda R2). Avec une maturité de 1.1, cette variété s'ajoutera à la gamme Elite de soyas pleine saison. Cette variété a un très bon potentiel de rendement, battant la concurrence par 5 à 10 %. Elle est très bien adaptée aux systèmes de culture intensifs et répond bien aux populations élevées. Entièrement mise au point au Québec, elle a démontré une stabilité de rendement dans toutes les conditions de cultures : semis tôt, semis tard, rangs espacés ou étroits, avec ou sans pression de maladie. Une excellente tenue et une facilité à la récolte viennent compléter des caractéristiques déjà très intéressantes pour ce nouvel instrument du coffre d'outils du producteur à la recherche du meilleur système de culture.
 
Retour

Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés