Entretiens
Le sujet de l'endettement des fermes revient périodiquement dans l'actualité, et ce, avec raison. Il s'agit d'une importante mesure de la situation financière des entreprises agricoles. Sans pour autant répondre à toutes les questions, la mise en contexte avec des variables liées à la rentabilité des actifs agricoles permet d'en savoir un peu plus sur les fondements à la base du taux d'endettement.
Mesuré par le passif en proportion de l'actif à la valeur marchande, le taux d'endettement des fermes au Québec a diminué au cours des récentes années, passant de 28 % en 2009 à 26 % en 2011. Malgré cette diminution, il demeure plus élevé que ceux des fermes ontariennes et de l'ensemble des fermes canadiennes, qui s'établissaient respectivement à 17 et à 18 % en 2011. Ce constat n'est pas nouveau, s'observant depuis plusieurs années.

Ces résultats proviennent de l'Enquête financière sur les fermes (EFF), réalisée chaque année par Statistique Canada. Menée auprès d'un échantillon de 13 000 fermes, dont 2000 au Québec, l'enquête brosse notamment un portrait financier des fermes enregistrant des revenus bruts de 10000 $ et plus.

Le taux d'endettement décortiqué
Le taux d'endettement résulte des décisions d'entreprise relatives à l'achat des actifs requis pour la production, des emprunts contractés à cette fin et de la durée de leur remboursement.

Figure 1
Schéma des composantes du taux d'endettement
Taux d'endettement = (A) X (B) X (C)
     
Passif
Actif
= Revenus bruts
Actif
X Revenu net monétaire
Revenus bruts
X Passif
Revenu net monétaire
26 % = 19 % X 20 % X 6,86 «années»
Source : Statistique Canada. Tableau 002-0064 — Enquête financière sur les fermes, bilan de l'agriculture canadienne et régionale. Compilation du ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec (MAPAQ).

D'une certaine façon, le taux d'endettement reflète la relation entre les revenus bruts générés par les actifs de production, les revenus monétaires nets1 dégagés à partir de ces revenus bruts ainsi que le poids que représente le passif à rembourser par rapport à ces bénéfices. En d'autres termes, la capacité de l'actif de générer des bénéfices et le nombre « théorique » d'années requises pour rembourser le solde de la dette à partir de ces bénéfices sont des éléments sous-jacents du taux d'endettement.

Le taux d'endettement de 26 % en proportion de l'actif observé au Québec en 2011 peut se décomposer de la façon illustrée dans la figure 1 ci-dessus.

Comparaison de ces ratios, un par un
Au cours des récentes années, les fermes québécoises couvertes par l'EFF ont, dans l'ensemble, généré un revenu brut un peu plus élevé par valeur marchande d'actif que les fermes onta­riennes et celles de l'ensemble du Canada. C'est ce qu'indique le tableau 1 à droite, qui correspond au ratio (A) du schéma des compo­santes du taux d'endettement présenté à la figure 1. Le même constat peut être fait au sujet du revenu brut de marché, c'est-à-dire en excluant les paiements de programme.

De plus, les fermes du Québec ont dégagé une marge de revenu net monétaire supérieure en proportion de leurs revenus bruts. Illustrée au tableau 2, cette marge correspond au ratio (B) du schéma du taux d'endettement. Par conséquent, au cours de la période 2007 à 2011, l'actif des fermes couvertes par l'EFF au Québec a généré davantage de revenus nets monétaires, dollar pour dollar, que celui des fermes de l'Ontario et de l'ensemble du Canada. Si on ne tient compte que des revenus tirés du marché, c'est-à-dire en excluant les paiements de programme, ce constat s'appliquait aussi en 2010 et en 2011.

Tableau 1
Entreprises agricoles couvertes par l'Enquête financière sur les fermes – Ratio (A)
RATIO (A) 2007 2008 2009 2010 2011
Revenu brut total en pourcentage de l'actif
Québec 20 % 21 % 22 % 20 % 19 %
Ontario 17 % 18 % 17 % 17 % 17 %
Canada 18 % 19 % 19 % 18 % 18 %
Revenu brut de marché en pourcentage de l'actif
(en excluant les paiements de programme)
Québec 18 % 19 % 19 % 18 % 18 %
Ontario 16 % 17 % 17 % 16 % 16 %
Canada 17 % 18 % 18 % 17 % 17 %
Source : Statistique Canada. Tableau 002-0064 — Enquête financière sur les fermes, bilan de l'agriculture canadienne et régionale. Compilation du MAPAQ.

Outre les paiements de programme, d'autres facteurs ont pu contribuer à ces résultats. Par exemple, les taux de marge bénéficiaire générés par le marché sont généralement plus élevés dans les secteurs sous gestion de l'offre, tels ceux du lait et de la volaille. Or, ces secteurs regroupent une plus grande part de la production agricole au Québec qu'en Ontario et au Canada. De même, environ 80 % des fermes ontariennes sont situées dans des régions où la valeur marchande des terres en culture compte parmi les plus élevées au Canada. Dans le cas de certaines productions, cela se traduit par une plus grande valeur marchande des actifs requis pour générer un dollar de revenu.



Tableau 2
Entreprises agricoles couvertes par l'Enquête financière sur les fermes – Ratio (B)
RATIO (B) 2007 2008 2009 2010 2011
Revenu brut total en pourcentage de l'actif
Québec 17 % 17 % 17 % 19 % 20 %
Ontario 12 % 11 % 10 % 13 % 14 %
Canada 15 % 13 % 12 % 15 % 16 %
Revenu brut de marché en pourcentage de l'actif
(en excluant les paiements de programme)
Québec 8 % 8 % 7 % 12 % 15 %
Ontario 8 % 8 % 8 % 11 % 12 %
Canada 9 % 8 % 8 % 10 % 12 %
Source : Statistique Canada. Tableau 002-0064 — Enquête financière sur les fermes, bilan de l'agriculture canadienne et régionale. Compilation du MAPAQ.

Tableau 2
Entreprises agricoles couvertes par l'Enquête financière sur les fermes – Ratio (B)
RATIO (C) 2007 2008 2009 2010 2011
Passif par dollar de revenu monétaire net
Québec 8,08 7,86 7,80 7,38 6,86
Ontario 9,39 9,81 10,67 8,57 7,53
Canada 6,61 7,56 8,30 6,94 6,37
Passif par dollar de revenu monétaire net de marché
(en excluant les paiements de programme)
Québec 18,60 18,42 21,57 12,75 9,43
Ontario 14,50 14,01 13,85 10,31 8,55
Canada 11,50 13,15 13,95 10,63 8,71
Source : Statistique Canada. Tableau 002-0064 — Enquête financière sur les fermes, bilan de l'agriculture canadienne et régionale. Compilation du MAPAQ.

Même si les fermes du Québec ont un taux d'endettement plus élevé, le poids de leur passif par rapport au revenu net monétaire était inférieur, de 2007 à 2011, à celui des fermes ontariennes. Présenté au tableau 3, ce poids du passif correspond au ratio (C) du schéma du taux d'endettement. Durant cette période, il a été, sauf exception, légèrement supérieur à celui de l'ensemble des fermes canadiennes. Il est à noter que les paiements de programme ont contribué à maintenir le poids de la dette des fermes du Québec, par rapport au revenu monétaire net, à un niveau comparable à celui des fermes ontariennes et canadiennes.

Gérer l'endettement de façon responsable
Dans l'ensemble, en incluant les paiements de programme, chaque dollar d'actif des fermes couvertes par l'EFF procure davantage de revenu monétaire net au Québec qu'en Ontario et que dans l'ensemble du Canada. Ainsi, chaque dollar d'actif peut générer une plus grande capacité de remboursement au Québec et, en théorie, être financé par emprunt dans une plus grande proportion. Néanmoins, et c'est important de le souligner, emprunter à la limite de sa capacité de remboursement n'est pas nécessairement compatible avec une gestion responsable de la dette d'entreprise.

En outre, un taux d'endettement élevé expose davantage les entreprises agricoles à certains risques, notamment à l'égard d'une éventuelle remontée des taux d'intérêt. Cela est à considérer lors d'un financement qui porte sur 10 ou 15 ans.

Sous ce rapport, une conjoncture favorable sur le plan des revenus et de faibles taux d'intérêt peuvent permettre à une entreprise d'accélérer le remboursement de sa dette. Elle peut ainsi réduire le risque qu'elle encourt à l'égard des taux d'intérêt, de même qu'accroître sa marge de manœuvre en cas de conjoncture défavorable de revenus.

Une telle approche s'intègre également bien dans une stratégie appropriée d'investissement, basée sur l'acquisition et le renouvellement d'actifs productifs qui contribuent à la rentabilité et à la viabilité de l'entreprise.
 
Retour

Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés