Entretiens
Soigner les animaux d'élevage, c'est une chose. Mais prévenir la dégradation du statut sanitaire dans une optique de rentabilité à la ferme, c'est encore mieux ! Les vétérinaires du réseau La Coop, comme Jean Brochu, veillent à atteindre ces deux objectifs auprès des producteurs de porcs et jouent un rôle clé au sein de la Filière porcine coopérative, notamment celui de consultants dans le développement de projets déterminants pour la croissance de l'industrie porcine au Québec.
Jean Brochu, vétérinaire
Réseau La Coop
Jean Brochu a effectué ses études à la Faculté de médecine vétérinaire de l'Université de Montréal, à Saint-Hyacinthe. Après avoir obtenu son diplôme, en 1987, il a travaillé à son compte dans le secteur des bovins laitiers et de boucherie pendant neuf ans. Il s'est ensuite réorienté et a découvert le milieu de la production porcine; il est devenu le vétérinaire attitré à La Coop Seigneurie.

Depuis quelques années, les coopératives proposent une orientation réseau aux vétérinaires, afin qu'ils véhiculent les mêmes objectifs à l'ensemble des producteurs membres. C'est ainsi que Jean a élargi le territoire qu'il dessert, pour inclure jusqu'au Groupe coopératif Dynaco et au Centre des services des érables.

Médecine curative et préventive :
faire plus avec moins !

Le vétérinaire joue deux rôles principaux : il doit régler les problèmes de santé existants (médecine curative) et amoindrir les possibles problèmes de santé chez les animaux à l'aide de visites régulières à la ferme (médecine préventive). Pour Jean, la combinaison de ces deux rôles est primordiale. « Avec le contexte économique actuel, on doit faire plus que de prescrire des vaccins. Il faut penser plus loin, être inventif dans les moyens de prévention qu'on propose, puisque les producteurs n'ont pas toujours de marge de manœuvre pour appliquer toutes nos recommandations. » Le rendement de l'investissement doit être évident, et les mesures de correction trop onéreuses ne seront pas adoptées par les producteurs.

Un rôle d'entraide et d'éducation
Si les vétérinaires doivent être inventifs dans leur approche auprès des producteurs, ils doivent aussi s'assurer de bien faire passer le message, de former et d'éduquer les intervenants pour que la bonne information circule dans le réseau. La formation est une autre tâche qu'ont nos vétérinaires réseau.

« Je suis particulièrement fier de faire partie d'un réseau coopératif, dit Jean. Les valeurs rurales des gens, les valeurs coopératives et l'entraide avec mes confrères et consœurs sont des éléments que je n'échangerais jamais pour aller travailler dans une clinique ou une entreprise privée ! » Pour Jean, la valorisation au travail passe par l'impact qu'il a sur le terrain et dans les grands projets.

Lui et ses collègues Brigitte Boucher et Martin Choinière, deux autres vétérinaires du réseau, forment une équipe très soudée qui se rencontre et se parle régulièrement concernant différents dossiers. « Brigitte et Martin possèdent des compétences complémentaires aux miennes. On fait vraiment un travail de collaboration ! » Leurs connaissances sur les impacts sanitaires sont déterminantes dans le succès des grands projets, que ce soit pour la conception des bâtiments, les systèmes de ventilation, les éléments de gestion d'élevage, etc.

Et la casquette de consommateur dans tout ça ?
Jean remplit son rôle de vétérinaire en production porcine en ayant toujours une même idée en tête : est-ce que je mangerais la viande du porc que je viens de soigner ? Offrir aux animaux toutes les conditions possibles pour amoindrir les maladies tout en s'assurant de leur sécurité et de leur bien-être, cela compte beaucoup dans une bonne gestion d'élevage, afin que les consommateurs puissent continuer de se faire de « bonnes bouffes » en sachant que les animaux sont bien traités.

 
Retour

Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés