Entretiens
Par Patrick Dupuis, agronome

Suivez
       le guide

Élaboré en collaboration par le Centre québécois de développement durable, le Groupe conseil agricole Saguenay–Lac-Saint-Jean et La Coop fédérée, le guide La gestion durable d'une entreprise agricole est maintenant disponible pour les producteurs.
Hautement préoccupé par l'avenir des entreprises agricoles, Raymond Rouleau a décidé de fournir sa part pour en accroître la pérennité. Producteur depuis 35 ans au Saguenay–Lac-Saint-Jean et engagé bénévolement auprès du Centre québécois de développement durable, il a toujours été contrarié de voir les fermes familiales disparaître les unes après les autres. « C'est pourquoi il y a quelques années, dit-il, je me suis entouré de producteurs, de conseillers et d'agents de développement afin de déterminer quelles étaient les clés qui permettraient d'assurer la durabilité des exploitations. »

Parmi les partenaires choisis, notons le Groupe conseil agricole Saguenay–Lac-Saint-Jean, reconnu dans le milieu depuis plus de 30 ans pour son dynamisme et sa connaissance pointue des entreprises agricoles de la région.

Le processus de réflexion débouche alors sur une approche novatrice pour élaborer un guide de développement durable des entreprises agricoles. « Au lieu de partir de la collecte du savoir théorique que l'on retrouve dans les meilleurs manuels de gestion, nous avons rassemblé une douzaine d'entreprises agricoles et constitué un groupe de réflexion, fait savoir M. Rouleau. On a colligé les meilleures pratiques menant à la durabilité de nos organisations agricoles, et créé ainsi une "communauté apprenante" ».

Jean Lavoie, producteur de lait et propriétaire de la ferme Roloi, à Saint-Gédéon (Saguenay–Lac-Saint-Jean), a participé à l'automne 2012 à un groupe de discussion avec d'autres producteurs de sa région, pour amorcer l'élaboration de ce guide.

Jean Lavoive
Raymond Rouleau
Regis Tremblay
« C'est un instrument important qui aidera à accroître la pérennité des entreprises agricoles », estime le vice-président de Nutrinor, qui a l'espoir un jour de voir un de ses enfants prendre la relève de sa ferme. « Dans mon rang, il n'y a plus que deux exploitations, alors qu'il y en a déjà eu une vingtaine. Nous sommes près du lac et de la piste cyclable. Les résidants non agricoles y sont en majorité. Il est important d'adopter de bonnes pratiques pour favoriser notamment une coexistence harmonieuse, et ce guide est un outil qui peut nous aider à le réaliser. »

Soulignons que la coopérative Nutrinor, dont le siège social est au Saguenay–Lac-Saint-Jean et qui a participé au financement du guide, a déployé beaucoup d'efforts pour mettre sur pied une démarche poussée de développement durable, inspirée de celle qu'a implantée la coopérative française nourricia (aujourd'hui Vivescia) il y a quelques années. D'abord destinée à ses propres actions en tant qu'entreprise, cette démarche pourra être mise en œuvre auprès de ses producteurs sociétaires. Le guide sera alors un outil intéressant pour le faire.

Le document rassemble donc les meilleures pratiques d'une dizaine d'entreprises agricoles du Saguenay–Lac-Saint-Jean, reconnues pour leur bonne gestion et qui se démarquent en matière de développement durable. L'échantillon se voulait représentatif des secteurs de la région, des types d'agriculture qu'on y pratique (lait, bovins de boucherie, pommes de terre, grandes cultures, production en serre, etc.) ainsi que du stade de vie des entreprises (en démarrage, en plein rythme de croisière ou en mode transfert).

« Le guide n'est pas coercitif et ne dicte aucunement quoi faire, précise toutefois Régis Tremblay, directeur général adjoint du Groupe conseil agricole Saguenay–Lac-Saint-Jean. Ce n'est ni une bible ni une obligation de plus à laquelle les producteurs doivent se plier. Il s'agit pour eux d'un point de départ pour se positionner et, s'ils le souhaitent, pour aller plus loin. Le guide a aussi pour objectif de détacher la notion de développement durable de la seule variable agroenvironnementale. On y traite donc également de considérations économiques et sociales. » Financé par de multiples organisations du milieu (voir l'encadré), le guide se veut d'abord et avant tout un outil d'accompagnement. Peu volumineux – tout au plus une trentaine de pages –, il est accessible et convivial.

Il contient deux sections : un autodiagnostic et des fiches pratiques couvrant quatre dimensions de la gestion durable d'une entreprise agricole, soit la gouvernance, les considérations humaines, la durabilité économique et la gestion des ressources. La section diagnostic permet aux producteurs d'évaluer individuellement leurs pratiques à l'aide d'un questionnaire. « Dans l'entreprise agricole, les rôles et responsabilités sont-ils clairement définis et respectés ? L'équipe prend-elle des vacances annuelles et des congés au moins une fin de semaine sur deux ? Le coût de revient des produits est-il bien connu et documenté ? La consommation d'eau de l'entreprise fait-elle l'objet d'un suivi ? » Voilà, bien sommairement, quelques-unes des questions auxquelles les producteurs auront à répondre.

« Cette démarche leur donne un bon portrait des performances de leur entreprise en matière de développement durable, indique Claudine Giguère, conseillère spécialisée en agroenvironnement à La Coop fédérée. Ils peuvent ensuite décider, en allant à leur propre rythme, dans quels secteurs d'activité ils souhaitent apporter des améliorations. »

Enjeux, solutions, trucs d'agriculteurs et sources d'information complémentaires parsèment, sous forme d'une quinzaine de fiches thématiques, la deuxième section de l'ouvrage, et ce, encore une fois, pour chacune des quatre dimensions de la gestion durable de l'entreprise.

« C'est une première dans le milieu, fait savoir Josée Chicoine, directrice de l'agroenvironnement à La Coop fédérée. Cela dit, on ne fait la promotion d'aucune expertise-conseil dans ce guide. C'est au producteur de choisir avec qui il souhaite faire affaire s'il veut mettre en œuvre des solutions pour améliorer les performances de son entreprise. »

« On veut sensibiliser et rallier le plus de producteurs possible, et faire en sorte qu'un maximum d'entre eux s'approprient ce guide », conclut Raymond Rouleau.

Le guide est disponible sur les sites suivants :
www.lacoop.coop,
www.nutrinor.com et
www.agrireseau.qc.ca.

Le guide a été rendu possible
grâce à la parti­cipation financière de :


Conseil pour le développement de l'agriculture du Québec

Ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec

La Coop fédérée

Nutrinor

Fédération de l'UPA du Saguenay–Lac-Saint-Jean

Ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs du Québec

Agriculture et Agroalimentaire Canada

 
Retour

Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés