Entretiens
Longtemps considérée comme une activité hivernale, l'installation de mangeoires pour oiseaux est devenue, au fil des ans, une manière privilégiée d'observer la faune ailée tout au long de l'année. En plus d'aider nos oiseaux indigènes – et sédentaires – à survivre aux rigueurs de l'hiver, les mangeoires permettent d'attirer plusieurs espèces migratrices au gré des saisons.
En utilisant plusieurs types de mangeoires – plateau, mangeoire à débit contrôlé, silo, abreuvoir à colibris, porte-suif, etc. –, on pourra créer un poste d'alimentation attrayant et capable d'accueillir une grande variété d'oiseaux. Pour profiter au maximum du plaisir de les observer, on regroupera les mangeoires dans un endroit visible depuis la pièce où se déroule la majorité de nos activités quotidiennes. Afin d'en faciliter le nettoyage et le remplissage, on choisira un emplacement accessible. On prendra également soin de les placer à l'abri des vents dominants, surtout en hiver, lorsque la neige s'accumule sur le terrain.

Types de mangeoires
On choisira le type de mangeoires selon les habitudes alimentaires des espèces que l'on souhaite accueillir. Ainsi, les plateaux attirent la plupart des oiseaux, mais on doit tenir compte du fait qu'ils n'offrent aucune protection contre les intempéries et les écureuils. Ils sont cependant indiqués pour les céréales comme le maïs concassé, l'avoine et le blé, car l'humidité pourrait les transformer en une masse compacte qui bloquerait l'ouverture d'une mangeoire à débit contrôlé.

Suspendues ou fixées à un poteau, les mangeoires de type « abri » permettent, pour leur part, de rendre la nourriture accessible en tout temps, peu importe les conditions climatiques. Elles protègent efficacement les graines contre les intempéries, mais moins bien contre les écureuils. Elles attirent la plupart des espèces d'oiseaux de mangeoires, de la plus petite, comme les mésanges, à la plus grande, comme les geais.

Tous les postes d'alimentation devraient idéalement contenir une ou plusieurs mangeoires à débit contrôlé. Parfaites pour le tournesol noir, le millet blanc ou l'alpiste, elles se présentent comme des réservoirs étanches de grandeurs variables d'où s'écoulent des graines qui arrivent sur un plateau. Certains modèles de grande taille comportent plusieurs compartiments, qui permettent d'offrir différentes sortes de graines, et d'autres sont dotés d'un mécanisme à bascule qui en bloque l'accès aux écureuils.

Les silos constituent une variante intéressante des mangeoires à débit contrôlé. Leurs réservoirs cylindriques protègent bien les graines et comportent de multiples ouvertures, à travers lesquelles les oiseaux peuvent picorer sur un perchoir. Ce dispositif limite le gaspillage puisque, de façon générale, chaque graine extraite est mangée. Dans certains cas, les silos sont recouverts d'un grillage qui en interdit l'accès aux écureuils ou sont munis d'un perchoir qui s'abaisse et bloque le port d'alimentation lorsqu'un animal ou un oiseau plus lourd s'y pose. Faciles à installer et à remplir, ces mangeoires sont très populaires auprès des petits oiseaux. Certaines sont même conçues expres­sément pour les chardonnerets, qui se nourrissent la tête en bas.

De leur côté, les mangeoires pour noix et arachides (ou trémies) sont constituées de tubes grillagés auxquels les oiseaux s'agrippent pour extraire la nourriture à travers les trous. Résistant parfaitement aux attaques des écureuils, elles font notamment la joie des geais et des sittelles.

Enfin, on peut installer un abreuvoir à colibris du printemps jusqu'au début de l'automne. On évitera toutefois de le placer à proximité d'une mangeoire à chardonnerets, car ces minuscules oiseaux ne s'y présenteront pas.
 
Retour

Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés