Entretiens
La Semaine de l'agriculture, de l'alimentation et de la consommation (SAAC), organisée par les étudiants de l'Université Laval, n'a rien d'amateur. Plus de 21 000 visiteurs, une foule record, s'y sont rendus les 17, 18 et 19 janvier dernier.
On sentait la fébrilité dans l'air en ce vendredi matin de l'ouverture du Salon de la SAAC. Le thème de cette 39e édition : « Les richesses de l'agroalimentaire, notre savoir à votre portée ». Des tout petits de garderies, des groupes scolaires et un public de tous âges allaient et venaient dans les différentes salles aménagées pour l'occasion au centre de foires d'ExpoCité, à Québec.

Organisée par des étudiants des sept programmes de la Faculté des sciences de l'agriculture et de l'alimentation (FSAA) de l'Université Laval, cette manifestation dont l'accès est gratuit a toujours eu comme vocation de sensibiliser la population à l'importance du secteur agroalimentaire, avec le souci de montrer ses différentes facettes et de démystifier son fonctionnement. Pour l'édition 2014, l'organisation a poussé un cran plus loin cette volonté en explorant le parcours des aliments, de la terre jusqu'à nos assiettes.

« Il y a parfois des préjugés ou des idées reçues sur ce qui se passe en agriculture, des informations qui sont véhiculées par les médias ou le marketing, indique Julie Sanscartier, vice-présidente de la SAAC. Cet événement nous donne l'occasion d'informer les gens sur ce qui se passe réellement et de les aider à faire de meilleurs choix. Notre but est de réduire la distance entre le producteur et le consommateur. »

Le président et la vice-présidente de la SAAC, Hubert Soucy et Julie Sanscartier, en compagnie du ministre François Gendron.
L'organisation est aussi consciente que l'événement constitue une des rares vitrines du monde rural auprès des villes, surtout depuis la disparition du volet concours animal à Expo Québec, en 2013.

À sa troisième visite à ce salon, Guillaume Parent se dit toujours impressionné et intéressé par ce qu'il y voit : « On vient en apprendre un peu plus sur la bouffe, sur l'environnement. Il y a plein de choses à découvrir et à goûter. »

Cette autre visiteuse, Jeannette Tremblay, n'avait pas fréquenté le Salon depuis quelques années, mais est revenue pour se mettre à jour. « Il y a tellement de nouvelles choses sur le marché et d'informations qui circulent. Je viens jaser et m'informer. C'est une occasion d'en apprendre plus sur l'agriculture et de voir les animaux », explique-t-elle.

Un porte-parole de choix
Les étudiants ont animé avec entrain les kiosques et ont répondu aux questions des petits et des grands.
Le chef Jean Soulard a succédé à Errol Duchaine à titre de porte-parole de la SAAC, un choix logique aux yeux des organisateurs, surtout à la lumière du thème choisi cette année. « En tant que chef, il représente le trait d'union entre la terre et la table. Il a aussi toujours défendu les produits québécois », explique Hubert Soucy, président de la SAAC.

Cet ancien chef du Château Frontenac voit dans sa contribution à la SAAC une continuité de son travail au restaurant de l'un des hôtels les plus emblématiques du Québec. « Je travaille depuis des années à promouvoir les produits québécois et les artisans qui les fabriquent. Depuis mon arrivée au Québec, il y a plus de 20 ans, il y a eu un essor extraordinaire des produits du terroir dans la province », explique M. Soulard.

Le chef de renommée mondiale ne s'est pas fait prier pour accepter ce titre. « Les étudiants dégagent un enthousiasme contagieux et une passion qui fait plaisir à voir, dit-il. C'est une organisation qui rejoint mes convictions les plus profondes et pour lesquelles j'ai tant travaillé. Et quand je vois des jeunes organiser un tel salon, je me dis qu'on s'en va dans le bon chemin. »

Une machine bien huilée
Le Salon de la SAAC est le plus grand salon étudiant au Canada et un des plus gros en Amérique du Nord avec plus de 100 kiosques couvrant de multiples facettes du domaine agroalimentaire.

Depuis ses débuts, en 1976, les responsables ont transmis un véritable legs que chaque édition tente d'améliorer. Une bonne vingtaine d'étudiants ont travaillé depuis septembre à la planification de l'événement. Ils sont épaulés par quelque 300 autres étudiants qui l'ont mis sur pied avec l'aide d'une multitude de bénévoles.

Le Salon de la SAAC regroupe trois volets aménagés en deux salles : le volet Ferme, le volet Jardin et le volet Dégustation. Pour l'édition 2014, la ferme réunissait 50 races d'animaux. La section Jardin, qui se trouvait dans la même salle, s'étendait sur 465 m2 (5000 pi2) avec une quinzaine de kiosques portant autant sur l'horticulture tropicale que sur la mycologie. La salle adjacente, appelée Thématique, abritait le volet Dégustation avec une cinquantaine d'exposants présentant des produits d'ici.

Une douzaine de conférences ont été présentées durant les trois jours du Salon, sur des thèmes aussi variés que l'horticulture, la recherche en agroalimentaire et l'environnement. L'une des conférences qui a attiré un grand nombre d'auditeurs est celle de Vincent Cloutier, économiste principal à La Coop fédérée. Le thème était « Le marché des terres en ébullition : enjeux et perspective ».

« Les sujets de conférences ont été choisis en fonction des trois domaines d'études de la faculté, tout en essayant de trouver des sujets grand public et d'actualité », indique Hubert Soucy.

Présent à l'ouverture du Salon, François Gendron, ministre de l'Agriculture des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec, a souligné l'engagement des étudiants qui ont ainsi l'occasion de faire le lien entre leur domaine d'étude et la pratique, en plus de rencontrer des professionnels du milieu agroalimentaire. « Je suis surpris de voir avec quelle passion des jeunes peuvent faire partager au grand public des choses auxquelles ils croient et adhèrent, a-t-il mentionné. Puisque les gens sont de plus en plus soucieux de ce qu'ils mettent dans leur panier d'épicerie et du cheminement que prennent les produits du champ à l'assiette, un travail de vulgarisation comme celui du Salon de la SAAC est primordial », a tenu à dire le ministre Gendron.

La Coop fédérée à la SAAC

La Coop fédérée participait à titre de partenaire principal à l'événement. Elle disposait d'un kiosque bien en vue dans la section Thématique, qui regroupait les présentations des étudiants, des groupes du secteur agroalimentaire, ainsi que des artisans de produits québécois. Le ministre Gendron s'y est arrêté et s'est prêté au jeu des photographes. Des enfants avaient pris d'assaut le kiosque afin de profiter du maïs éclaté offert gratuitement et d'écouter les concepts de la coopération. Plus de 1300 élèves ont défilé dans la seule journée du vendredi.

 
Retour

Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés