Entretiens
Depuis 2011, Claudette Côté est administratrice de La Coop Weedon – l'une des rares coopératives du réseau dont la présidence et la direction générale sont assumées par des femmes, tient-elle à souligner. Elle y est entrée par la voie du Colloque annuel des coopératrices, auquel elle était invitée depuis deux ans par les dirigeantes de sa coopérative. « Je me doutais bien de leurs intentions, car c'est un peu l'objectif du colloque d'amener les agricultrices à s'intéresser à ce qui se passe au sein d'un conseil d'administration », remarque-t-elle.
Il faut dire que Claudette Côté ne cachait pas son admiration pour sa collègue Sophie Bédard et qu'elle était elle-même reconnue comme une femme engagée dans son milieu. D'abord marguillère de sa paroisse pendant six ans, Claudette s'est ensuite impliquée dans le comité de parents de l'école de ses trois enfants, puis à titre de commissaire scolaire pendant 10 ans. À la fin des années 1990, elle a été élue au conseil de surveillance de la caisse populaire Desjardins de Weedon, dont elle assume aujourd'hui la présidence. Cette riche expérience lui a permis de développer non seulement sa capacité à voir toutes les facettes d'un problème, mais aussi son talent pour créer l'harmonie au sein d'un groupe.

« Il y a beaucoup de ressemblances entre La Coop et Desjardins », note la dirigeante, qui se sert aussi des connaissances acquises depuis 15 ans dans les formations de Desjardins pour mieux remplir son rôle à La Coop Weedon. « Entre autres, les deux coopératives veulent que leurs conseils soient de plus en plus représentatifs de leurs membres. »

Passion pour l'agriculture
En plus de son envie de s'engager, c'est sa passion pour l'agriculture qui l'a incitée à accepter un poste d'administratrice à sa coopérative. Dès l'âge de 10 ans, en effet, cette femme ayant grandi dans une ferme laitière près de Victoriaville affirmait à sa mère qu'elle aurait un jour sa propre ferme. Lorsque celle-ci lui a demandé comment elle ferait pour accomplir les gros travaux, elle a répliqué du tac au tac qu'elle aurait des employés !

C'est à l'École d'agriculture de Saint-Hyacinthe qu'elle a rencontré Gérard Lussier, l'agri­culteur qui allait lui permettre de réaliser son ambition d'enfance. Après avoir décroché son diplôme en technologie alimentaire, en 1974, elle a été la première femme embauchée comme inspectrice par le ministère de la Consommation et des Corporations. Elle a exercé ce métier pendant quelques années à Montréal, puis à Sherbrooke après son mariage. En 1980, elle a laissé cet emploi pour devenir copropriétaire de la ferme laitière exploitée par la famille de son conjoint depuis trois générations à Weedon (Saint-Gérard).

Depuis que leur fils Joël s'est joint à l'entreprise, en 2009, l'agricultrice lui a cédé la responsabilité du troupeau, qui compte 90 bêtes de races Holstein et Ayrshire, dont 50 en lactation.

Elle continue cependant à faire la traite matin et soir et à agir comme « infirmière à vaches », dit-elle en plaisantant. Dotée d'une bonne santé et pratiquant le tai-chi depuis 15 ans, l'agricultrice, qui approche la soixantaine, entend continuer à travailler à la ferme jusqu'à 65 ans.

Si ses deux autres enfants n'ont pas choisi de faire carrière dans l'agriculture, ils viennent aider à la ferme familiale dès que leurs occupations respectives le leur permettent. Son fils Vincent vient de terminer une maîtrise en sciences politiques. Sa fille Andréanne, qui a franchi comme sa mère une porte dans un secteur non traditionnel pour les femmes, est pompière pour la Ville de Sherbrooke, dit-elle fièrement.
 
Retour

Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés