Entretiens
Si la gestion de notre agenda peut parfois être un casse-tête, imaginez gérer celui de trois usines d'abattage qui reçoivent des milliers de porcs par semaine, livrés par des centaines de transporteurs ! C'est pourtant le travail de Pierre Gélinas, directeur logistique et approvisionnement porc chez Olymel, qui doit veiller à approvisionner en porcs les usines de Princeville, de Vallée-Jonction et de Saint-Esprit, en volume suffisant et, surtout, en temps utile.
Pierre Gélinas, directeur logistique et approvisionnement porc chez Olymel
Titulaire d'un baccalauréat en sciences de l'agriculture de l'Université McGill et membre de l'Ordre des agronomes, Pierre a orienté son choix de carrière par son intérêt pour la nature et les animaux. Mais la gestion des affaires est rapidement devenue un de ses sujets de prédilection; il s'est d'ailleurs muni d'un certificat en administration de l'Université du Québec en retournant sur les bancs d'école le soir.

Avant de se joindre à l'équipe d'Olymel, Pierre a travaillé dans le monde coopératif, notamment pour Agropur, à titre de conseiller en production porcine, de représentant en approvisionnement à la ferme, puis de directeur de succursale. Il a également été responsable pendant 13 ans, pour les Éleveurs de porcs du Québec1, de la mise en marché collective, aussi connue sous le nom d'encan électronique.

En 2001, Pierre a commencé à travailler au Service de l'approvisionnement d'Olymel, pour finalement devenir directeur logistique et approvisionnement porc, poste qu'il occupe depuis maintenant quatre ans.

Gardien du temps
Le monde du transport comporte son lot d'horaires complexes et variables. C'est d'autant plus vrai lorsqu'on parle du transport d'animaux vivants ! Pierre doit tout de même faire en sorte que tous les partenaires puissent livrer leurs animaux, dans les plages horaires qui leur conviennent le plus possible et en respectant les besoins de la chaîne de production d'Olymel. La planification à moyen et à long terme des livraisons et de l'approvisionnement des usines doit également respecter les normes et bonnes pratiques de bien-être animal, les ententes propres à chaque partenaire et, avant tout, composer avec les imprévus !

« Pour tout le monde, la meilleure période pour livrer demeure le jour, affirme Pierre. Très peu de gens se réjouissent de devoir livrer la nuit, mais comme il n'y a que 24 heures dans une journée, c'est une contrainte avec laquelle je dois composer dans la gestion des horaires. » Les producteurs, les transporteurs et les coopératives ont tous une réalité respective qu'il faut considérer lors de la planification, ce qui entraîne immanquablement des conflits d'horaires, auxquels Pierre doit remédier. « Les raisons de ne pas pouvoir respecter l'horaire sont nombreuses. Il faut faire preuve d'une grande réceptivité, savoir négocier et proposer d'autres possibilités, » affirme Pierre.

Renforcer la concertation
Il existe de nombreux avantages à bien planifier le transport et la logistique, en concertation avec les intervenants de l'industrie. Dans ce milieu, il faut tirer profit des prises de position rapides qui nous permettent d'assurer l'efficacité et la biosécurité de nos installations pour l'ensemble des partenaires. Dans le contexte actuel, le transport est montré du doigt comme vecteur de propagation de maladies dans les élevages, notamment la diarrhée épidémique porcine, qui menace le Québec.

En tissant des liens serrés avec les intervenants, en facilitant les communications, nous pouvons faire cheminer les procédures et répondre rapidement aux enjeux de l'industrie, au bénéfice de tous.

1 Anciennement la Fédération des producteurs de porcs du Québec
 
Retour

Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés