Entretiens
L'utilisation du plastique en agriculture a commencé dans les années 1960 en Europe. Au Québec, des producteurs l'ont adopté vers le milieu des années 1970. Grâce à cette technique, de nombreuses améliorations ont été réalisées en ce qui concerne le prolongement de la période de production, la qualité des fruits et légumes, le rendement et la protection des cultures contre les variations de température.
Daniel Gingras, T.P.
Expert-conseil en
productions végétales
La Coop Unicoop
daniel.gingras@csqca.coop
La plasticulture est en constante évolution grâce à la venue de nouveaux matériaux plus écoresponsables, comme le paillis biodégradable, à l'apparition de filets pour protéger les cultures contre les insectes et les intempéries, et à l'utilisation dans des productions hors-sol.

Les paillis plastiques
Les paillis plastiques sont faits de polyéthylène. Ils sont offerts en plusieurs couleurs, épaisseurs, largeurs et longueurs de rouleaux. Le paillis plastique est installé à plat ou sur une butte.

La performance du paillis est directement liée à la qualité de son installation. Le sol qui se retrouvera sous le paillis doit obligatoirement être très bien préparé, être exempt de mottes de plus de 3/8'', et ne contenir que très peu de résidus végétaux. Enfin, le sol ne doit être ni sec (farineux) ni boueux. Le choix d'un bon paillis doit répondre à vos besoins particuliers de types de sol et de cultures et au nombre de saisons où vous comptez l'utiliser.

Il y a de nombreux avantages à utiliser un paillis plastique. Celui-ci :
• empêche la croissance des mauvaises herbes;
• augmente la température du sol;
• améliore la qualité des récoltes;
• prévient le lessivage des fertilisants;
• réduit l'utilisation des herbicides;
• protège de l'érosion causée par la pluie;
• conserve l'humidité du sol en prévenant l'évaporation de l'eau;
• réduit la saleté et les pourritures en empêchant les fruits et légumes d'entrer en contact avec la terre;
• élimine le dommage aux racines, en limitant le sarclage aux allées;
• protège contre les maladies transmises par le sol.

Le choix de couleur du paillis plastique sera déterminé par le besoin de chaleur que requiert la plante. Pour les cultures demandant un sol chaud, comme le maïs sucré, les paillis plastiques clairs, verts et bruns seront utilisés. Alors que pour les cultures ayant besoin d'un sol plus frais, comme les tomates, les concombres, les poivrons et les fraises, on privilégiera un paillis noir, argenté d'un côté et noir de l'autre ou blanc d'un côté et noir de l'autre.

Il y a trois catégories de paillis plastiques : les paillis de polyéthylène « conventionnels », les paillis photodégradables et les paillis biodégradables.

Les paillis en polyéthylène conventionnels doivent être retirés à la fin de la saison, manuellement ou mécaniquement. Les paillis photodégradables contiennent un additif qui, sous l'action de la lumière et de la chaleur, dégrade le paillis. Par contre, les parties du paillis enfouies dans le sol ne se dégraderont pas et devront être enlevées. Enfin, les paillis biodégradables sont des produits faits à partir de ressources renouvelables, comme les amidons de diverses cultures non génétiquement modifiées (maïs et autres céréales, pommes de terre) et les huiles végétales.

La température, l'humidité et les microorganismes dans le sol décomposent le paillis biodégradable en eau, en dioxyde de carbone (gaz carbonique) et en biomasse. Il n'y a donc aucun résidu toxique dans le sol. Le paillis biodégradable possède les mêmes caractéristiques mécaniques et physiques que le paillis de polyéthylène, mais sans l'impact négatif sur l'environnement et sans les coûts d'enlèvement, d'enfouissement et de recyclage.

Il existe différents modèles de machines pour travailler avec le paillis : la buteuse et dérouleuse, le transplanteur, le semoir et la souleveuse à plastique.

L'irrigation par goutte-à-goutte
C'est une forme d'irrigation qui se fait à l'aide d'un tube en plastique doté de minuscules perforations (goutteurs) qui distribue l'eau, les fertilisants et les produits chimiques de façon précise et uniforme directement à la racine des plantes. Le tube doit être enterré à ½ ou ¾ po sous terre avec les goutteurs installés vers le haut, afin de distribuer l'eau directement sur la zone racinaire.

Les avantages de l'irrigation goutte-à-goutte sont nombreux. Elle permet une économie d'eau de 60 % comparativement à un système d'irrigation par aspersion. La quantité d'eau peut être régulée avec exactitude pour une croissance maximale. Le goutte-à-goutte réduit considérablement la perte d'eau par évaporation, ruissellement et érosion. Il est facile à installer. En l'utilisant, vous obtiendrez un excellent rendement, une qualité et une uniformité des fruits et légumes ainsi qu'une diminution des maladies.

Le mini-tunnel
Le mini-tunnel est composé d'arceaux de métal recouverts d'une pellicule de plastique perforée. Il agit comme une petite serre et maintient un climat chaud au début du printemps. Le mini-tunnel est utilisé pour le concombre, la courge, le cantaloup et le melon. Ses avantages sont nombreux :
• une production plus hâtive de 10 à 20 jours, selon la culture;
• une croissance uniforme des plants;
• un meilleur rendement;
• une qualité supérieure de fruits et de légumes.

Pour l'installation, il existe deux modèles de machines. La première installe les arceaux et déroule le plastique en une seule opération. Avec l'autre modèle, on doit installer les arceaux, puis la machine pose le plastique sur les arceaux.

Le mini-tunnel rétractable
Il s'agit d'un mini-tunnel dont les côtés sont rétractables. Il est simple, rapide à installer, facile à manœuvrer et son coût est trois fois moins élevé qu'un grand tunnel. Il est composé d'arceaux et d'un film transparent thermique perforé sur les côtés. Des élastiques de type « bungee » permettent de maintenir la structure et de remonter et descendre les côtés.

Le mini-tunnel prolonge la saison de production au printemps et à l'automne. Il procure un meilleur rendement, réduit l'incidence des maladies causées par la pluie et protège les plants contre la grêle, le vent et les fortes pluies. Autre point intéressant : la structure du mini-tunnel se déplace aisément, ce qui est idéal pour les producteurs qui produisent sur des terres en location.

La couverture flottante non tissée
Cette technique consiste en un voile composé de trois couches superposées de couvertures non tissées. Les couvertures non tissées sont utilisées pour protéger les cultures contre le gel, le vent et les insectes. Elles agissent comme couvertures thermiques pour favoriser la croissance hâtive des cultures et augmentent le rendement. Plusieurs épaisseurs sont offertes, selon les besoins :
• P12 est un voile ultraléger contre les insectes et à faible effet thermique;
• P17 et P19 sont des voiles légers et résistants qui améliorent la précocité (7 à 10 jours);
• P22 est un voile thermique qui apporte une protection accrue contre le froid (– 1 à – 2 °C, selon la culture);
• P30 et P40 sont des voiles thermiques puissants pour une protection hivernale.

Il est important, selon le type de culture, de retirer la couverture perforée ou non tissée en fonction du stade de croissance de la plante afin de favoriser la pollinisation.

Les filets contre les insectes
Il y a quelques années, les filets sont apparus pour lutter de façon plus écologique contre les insectes. Les filets n'ont aucun effet thermique. Leur utilisation permet d'éliminer ou de réduire l'usage des produits phytosanitaires. Les filets sont utilisés dans les champs, dans les serres ou dans les grands tunnels. Ils peuvent être apposés directement sur le plant ou sur les arceaux. Certains producteurs préfèrent installer des arceaux pour mieux protéger leurs cultures, car le filet peut toucher le feuillage, permettant ainsi aux insectes de pondre sur les feuilles.

La production hors sol en serre
Une nouvelle tendance qui commence à s'implanter au Québec est la culture hors sol. Les plants sont dans les contenants supportés par une gouttière ou un tuyau. Les plants sont irrigués par des piquets et des goutteurs dans les contenants et par humidification par microaspersion sous les plants. La culture hors sol offre de nombreux avantages :
• possibilité d'expansion plus grande;
• production uniforme;
• meilleur rendement;
• qualité des fruits accrue;
• cueillette facilitée;
• incidence réduite des maladies;
• période de production allongée.

Les différentes méthodes culturales présentées sont adaptées à la plupart des cultures maraîchères au Québec. C'est un secteur en pleine expansion où l'ingéniosité ne manque pas.
 
Retour

Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés