Entretiens
Pour obtenir de hauts rendements dans la production de pommes de terre, il est indispensable de lutter contre les maladies. À vrai dire, l'atteinte d'un rendement tout court requiert de constamment tenir à l'écart les différents pathogènes. D'année en année, de nouveaux outils et techniques s'offrent à nous pour venir à bout de ces indésirables. En 2013, on a lancé le fongicide Confine Extra. Qu'a-t-il donc de différent pour mériter notre attention ?
Stéphane Perreault, agronome
Conseiller spécialisé, pommes de terre et petits fruits
La Coop fédérée
stephane.perreault@lacoop.coop
Tout d'abord, le Confine Extra est un fongicide ayant peu d'impact sur l'environnement et la santé. Son délai d'utilisation avant la récolte n'est que d'un jour. Il est composé à 53 % de sels d'acide phosphoreux, qui se transforment en phosphites dans la plante. Pour la culture de la pomme de terre (à l'exception de la semence), on a le choix entre deux modes d'utilisation.

Traitement foliaire
En traitement foliaire, Confine Extra est homologué contre le mildiou, aussi appelé brûlure tardive (Phytophthora infestans), et contre la pourriture rose (Phytophthora erythroseptica).

Mildiou sur feuillage
Un de ses principaux avantages est sa capacité à se déplacer à l'intérieur de la plante. C'est un fongicide systémique complet et parmi les plus mobiles sur le marché. Lorsqu'on l'applique sur la feuille, il se déplace tant vers les points de croissance que vers les tubercules dans le sol, protégeant ainsi l'ensemble de la plante. De plus, lors de l'application, il procure un effet de contact qui détruit rapidement les spores de mildiou présentes sur les tissus.

La meilleure approche pour maximiser l'efficacité du Confine Extra est de débuter par une première application au stade initiation des tubercules, en combinaison avec la petite dose de Bravo Zn. Deux autres applications suivront toutes les deux semaines. L'objectif, comme mentionné plus haut, est l'atteinte d'un niveau suffisant de phosphites dans la plante et dans les tubercules afin d'obtenir une bonne protection du feuillage et des pommes de terre qui seront entreposées.

En plus de son effet fongicide, le Confine Extra influence la formation des protéines dans la plante, comme l'ont démontré des études récentes réalisées à l'Université Dalhousie (Nouvelle-Écosse). Les chercheurs ont observé qu'à la suite de son application, 62 protéines, dont 35 liées aux mécanismes de défense de la plante, étaient produites en plus grande quantité à l'intérieur des tissus végétaux traités. Cette réaction a permis à la plante de mieux se défendre contre les différentes maladies. À titre d'exemple, et bien que cela ne figure pas sur l'étiquette du produit, une réduction des dommages causée par la brûlure hâtive (Alternaria solani) a été observée dans des essais au Manitoba.

Traitement postrécolte
Pourriture rose sur tubercule

La deuxième façon d'utiliser le Confine Extra est en traitement postrécolte directement sur les tubercules. Il les protège ainsi de la tache argentée (Helminthosporium solani), en plus du mildiou et de la pourriture rose. Il est important d'effectuer le traitement rapidement après la récolte, en ayant soin d'éliminer le maximum de débris au préalable. Il est essentiel de couvrir uniformément les pommes de terre pour permettre au produit de détruire les spores au contact, puis de pénétrer vers l'intérieur. Notons qu'il ne faut jamais appliquer plus de deux litres de bouillie par tonne métrique, afin d'éviter de mouiller les tubercules.

L'efficacité du traitement est surprenante. Au cours d'essais effectués par le Pr Rick Peters, d'Agriculture et Agroalimentaire Canada, à l'Île-du-Prince-Édouard, des tubercules ont été inoculés manuellement avec une solution contenant des spores de pourriture rose ou de mildiou, puis traités au Confine Extra. Les résultats parlent d'eux-mêmes (voir le tableau). Toutefois, il faut noter que le Confine Extra n'est pas curatif et qu'on ne devrait jamais entreposer des tubercules présentant des symptômes de maladies.

Mildiou interieur du tubercule
Pourriture rose intérieur
Tache argentée
Les traitements à base de phosphites sont de plus en plus la norme. Lors d'un récent voyage dans le Maine, j'ai eu l'occasion de m'entretenir avec le Pr Steven Johnson, de l'Université du Maine, qui me disait qu'actuellement la majorité des volumes de pommes de terre dans cet État sont ainsi traités.

Pourcentage de tubercules affectés par le mildiou et la pourriture rose en fonction du traitement – 1 heure après l'infection


Phosphites ou phosphates ?
Il ne faut pas confondre phosphates (P2O5) et phosphites (P2O3). Les phosphites n'ont aucune valeur nutritive pour la plante, contrairement aux phosphates, qui sont contenus dans les fertilisants minéraux. Notez que l'application d'engrais liquide contenant des phosphates ne protège aucunement contre les maladies. Ce sont les phosphites qui agissent comme fongicide. Le Confine Extra a d'ailleurs été le premier fongicide de ce type à être homologué au Canada. L'homologation est basée sur plusieurs études qui ont permis de déterminer les doses requises en fonction de la concentration du produit pour obtenir l'effet antifongique optimal.

En conclusion, il ne faut pas sous-estimer le mildiou et la pourriture rose. Ces pathogènes peuvent causer des pertes très importantes lorsque les conditions environnementales les favorisent. Le Confine Extra est un outil incontournable à inclure dans votre plan de lutte intégrée afin de bien maîtriser ces maladies. Son faible risque pour l'environnement, son action au contact, sa capacité systémique complète et son effet sur les défenses de la plante témoignent de la portée de ce fongicide.

 
Retour

Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés