Entretiens

Profession : vice-président aux ventes de viandes fraîches

Par Élisabeth Lapointe, M. Adm.
Conseillère en communications,
La Coop fédérée
elisabeth.lapointe@lacoop.coop
Twitter : @elisalapointe
Saisir les occasions d'affaires, répondre aux exigences des clients, prévoir les aléas des marchés ici comme à l'étranger, voilà le quotidien peu banal de François Guité.
François Guité
Vice-président aux ventes de viandes fraîches
Olymel
François Guité a un pied-à-terre à Boucherville, chez Olymel, mais passe également une partie de son temps dans les usines d'abattage et de transformation du Québec et de l'Alberta, ainsi qu'au Japon, en Corée du Sud et en Australie, où il supervise les bureaux des ventes d'Olymel à l'étranger.

Cet homme d'affaires gère une équipe de 35 personnes, au sein de laquelle se trouvent deux divisions : la prise de commandes aux ventes internes et la vente des produits frais de porc et de volaille. Par produits frais, on entend tout ce qui n'est pas transformé au moment de la vente.

Prévoir l'imprévisible
Le quotidien de François Guité n'est pas de tout repos. L'accès au marché est un des plus grands défis que rencontre son secteur. Chaque matin, il sait combien de porcs sont prêts à être exportés, mais ne sait pas dans quel coin du globe ils vont atterrir. « Il faut savoir garder son sang-froid pour faire face à des situations imprévues et indépendantes de notre volonté, comme les obstacles politiques ou sanitaires, l'instabilité des marchés et les devises changeantes. Un marché peut se fermer du jour au lendemain. Quand tout est planifié et qu'on est fier de ce qu'on a prévu pour le prochain mois, c'est souvent à ce moment-là qu'une situation qu'on ne pouvait prévoir vient perturber notre stratégie. Chaque jour est un nouveau défi ! » s'exclame le vice-président.

François Guité effectue également des analyses complexes. Il coordonne le travail des directeurs des ventes, analyse les activités des concurrents, prévoit les mouvements de marché à l'international en fonction de la saisonnalité et des variations de stocks, pour ensuite orchestrer la stratégie qui permettra à Olymel d'écouler l'ensemble de ses produits avec la meilleure marge possible.

« Comme on vend du frais, on doit tous les jours faire le point sur l'état des marchés, sur nos abattages de la veille, et nous assurer que tout est aligné pour vendre dans la meilleure option possible. L'équipe est en discussion constante avec les marchés intérieurs, c'est-à-dire l'Amérique du Nord au grand complet, ainsi qu'avec les marchés mondiaux, plus particulièrement les marchés de l'Asie et de l'Océanie », explique François Guité. Ce vice-président rencontre régulièrement la clientèle établie, afin de définir les plans d'affaires, d'évaluer les produits d'Olymel et de mettre en œuvre des stratégies pour développer ces produits.

Le dernier maillon, mais non le moindre !
La Filière porcine coopérative est une chaîne qui comprend plusieurs maillons, tout aussi importants les uns que les autres. Le dernier maillon est la vente de produits et, comme l'explique François Guité, c'est peut-être celui qui semble le plus éloigné du producteur, mais c'est aussi le lien le plus étroit avec le client. « Il est très important de valoriser l'ensemble des métiers de la filière, car c'est une grande équipe qui travaille pour le même objectif », dit-il.

Il est d'ailleurs très important pour François Guité de se tenir à jour par rapport aux enjeux de la filière. Pour pouvoir vendre ses produits, il doit être au courant des dossiers d'assurance qualité, de biosécurité et de bien-être animal, tout comme des variations des devises étrangères. Bref, pour être vice-président aux ventes de viandes fraîches, il faut garder les yeux bien ouverts sur le monde !
 
Retour

Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés