Entretiens

La gestion des abreuvoirs
dans le poulet de chair

Il y a trois éléments essentiels pour subvenir aux besoins vitaux des poulets : l'eau, l'air et les aliments. Qu'on les mette dans l'ordre ou le désordre, ils se doivent d'être en quantité et en qualité suffisantes.

Parlons un peu de l'eau…
Patrick Leclerc,
Technicien agricole
Coordonnateur accouvaison
et technique agricole
La Coop fédérée
patrick.leclerc@lacoop.coop
et
Denis Caron, M. Sc., agronome
Nutrition avicole
La Coop fédérée
denis.caron@lacoop.coop
Règle générale, un poulet de chair consommera deux fois plus d'eau que d'aliments. On peut retrouver ces besoins dans des tableaux de consommation d'eau qui indiquent, pour un âge donné, la consommation quotidienne en litres par 1000 oiseaux.

Cette consommation d'eau variera selon la saison. Elle est légèrement plus élevée en été qu'en hiver. On oublie souvent que l'eau est un nutriment essentiel au bon fonctionnement de la digestion et qu'elle aide au maintien de l'équilibre physiologique des oiseaux. Il est nécessaire de consacrer du temps à l'entretien et au bon fonction­nement du système d'abreuvement de ses poulaillers.

Au même titre qu'un contrôle de venti­lation, chaque poulailler devrait être équipé d'un compteur d'eau. Qui plus est, la tenue d'un registre de consom­mation d'eau à l'aide du compteur devient un outil fort intéressant à utiliser pour suivre la consommation d'eau de ses poulets de jour en jour. Norma­lement, la consom­mation d'eau totale journalière augmente avec l'âge et de façon linéaire.

Le régulateur de pression sert notamment à assurer une consommation suffisante d'eau. Notez que la conduite d'eau doit être à l'horizontale, et sans vallonnement, d'un bout à
l'autre, avec une légère hausse
à l'extrémité où se trouve
le régulateur de pression.
L'aérateur sert à éviter
la formation de bulles d'air dans
la conduite d'eau. On y voit bien
la bille bleue qui sert à évaluer
le niveau de pression dans
la conduite d'eau.
Une baisse ou une augmentation anormale de consommation d'eau est un indicateur direct qu'il se passe quelque chose dans le poulailler. Les causes possibles pour expliquer une telle variation de la consommation d'eau sont tellement nombreuses qu'on ne peut les énumérer ici.

Par contre, le conseil qu'on doit suivre lors d'une telle observation sur son compteur d'eau est de revenir à une vérification des bases de la gestion d'élevage, par exemple la ventilation, la hauteur des conduites d'eau, le système de distri­bution des aliments, etc.

Pour permettre aux oiseaux d'avoir accès à de l'eau de qualité et en quantité suffisante, il y a certaines règles simples à adopter dans ses pratiques de conduite d'élevage de tous les jours.

Gare à la pression
La pression des conduites d'eau avec tétines doit être augmentée au fur et à mesure que les oiseaux avancent en âge. Un truc pour ne pas l'oublier : il faut augmenter la pression d'eau dans les conduites lorsqu'on en ajuste la hauteur en fonction de la taille des poulets (voir la photo ci-dessous).

Le réglage de la pression est réellement important. Pour les jeunes poussins, une pression trop élevée aura pour conséquence que toute l'eau qui sortira de la tétine ne pourra être bue et se retrouvera dans la litière. Pour les poulets plus âgés, comme le débit est en relation directe avec la pression, si on ne la règle pas à la hausse avec l'âge, le débit sera insuffisant et la consommation stagnera, ce qui aura pour conséquence de limiter la consommation d'aliments.

Hauteur des conduites
Pour ce qui est de la hauteur des conduites d'eau, il est recommandé de l'ajuster avec la taille moyenne des oiseaux, comme mentionné précédemment, afin de faciliter sa déglutition (cette façon de faire minimisera l'écoulement sur la litière et, conséquemment, son niveau d'humidité).

Comme les oiseaux sont incapables d'effectuer une succion, on doit placer la tétine à une hauteur qui permettra à l'oiseau de positionner son bec à un angle d'environ 45°, pour un poussin très jeune, et d'augmenter cet angle jusqu'à peu près 75° pour un oiseau plus âgé (voir illustration). Par contre, les oiseaux ne doivent pas avoir de difficulté à atteindre les tétines (p. ex : devoir se mettre sur le bout des orteils pour atteindre les tétines).

La qualité de l'eau
Il est important que l'eau d'abreuvement des oiseaux ait un pH stable. Une fois le pH stabilisé (par acidification, si nécessaire), l'ajout de chlore pourra être effectué afin de garantir une eau exempte de bactéries.

Il est également important de se débarrasser du fameux biofilm (composé de bactéries et autres microorganismes) s'accumulant à l'intérieur de la tuyauterie. Cela pourra se faire grâce à un bon nettoyage avec des produits adéquats, entre les lots de poulets. On peut aussi procéder à une purge (flush) des conduites d'eau, qui sera plus utile en début d'élevage, mais inutile en fin d'élevage (en raison de la demande d'eau beaucoup plus élevée).

Gérer l'eau et les équipements nécessaires pour la distribuer sont parmi les pratiques essentielles à la réussite d'un élevage. C'est limpide !

 
Retour

Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés