Éditions 2014

Chez Bonneterre
Édition octobre
Le êtit cheval de fer
et son incroyable histoire
Il est de ces histoires si liées à un peuple qu'elles en deviennent indissociables. C'est le cas du cheval Canadien, compagnon des colons débarqués en Nouvelle-France, et qui survit encore, 350 ans plus tard.
Chez Bonneterre
Édition octobre
Mieux gérer pour mieux produire
Au fond, il n'y a pas de secret pour produire un des meilleurs veaux semi-finis Angus-Simmental du Québec. Il faut savoir s'entourer, respecter les animaux et la nature, être efficace et imaginatif.
Édition septembre
Les coopératives de financement,
un outil majeur
Les coopératives de financement constituent un outil important dans le domaine financier pour les producteurs de bœufs du Québec.
Édition juillet-août
De la mine à la ferme
Marco Lévesque, de La Reine, en Abitibi-Ouest, est un homme de passion. Travailleur minier, il a toujours rêvé de reprendre la ferme familiale. Avec son épouse, Danielle Audet, et leurs trois enfants, il est parvenu à force de travail et de sacrifices à bâtir une entreprise solide et viable. La ferme paie ses dépenses depuis cinq ans, et Marco entend s'y consacrer à plein temps dans le même nombre d'années.
Chez Bonneterre
Édition Mai-juin
L'amour est « aussi » dans le bœuf
Carol Tremblay et sa fille, Julie, sont aujourd'hui les seuls producteurs de bouvillons d'abattage au Saguenay–Lac-Saint-Jean, mais qu'à cela ne tienne : au lieu d'être solitaires, ils sont solidaires !
Chez Bonneterre
Édition avril
La race Highland
Un bon créneau. Stéphanie Fortin et Louis Philippon en font la preuve.
Vision Biomasse Québec, un regroupement de 13 partenaires dont La Coop fédérée fait partie, propose une vision d'avenir à l'État québécois : substituer annuellement 400 millions de litres de combustible fossile par de la biomasse forestière résiduelle d'ici 2025.
spacer


Éditions 2013

Chez Bonneterre
Édition Mars
Exceptionnelle au Canada, ovine de surcroît
Il fallait du cran à Martin Brodeur-Choquette et Johanne Cameron, deux jeunes de la relève dite « non apparentée », pour installer leur entreprise ovine dans un rang en cul-de-sac, dont l'entrée est signalée par un panneau indiquant « À vos risques » ! Dix ans plus tard, les voici couronnés Jeunes agriculteurs d'élite du Canada !
spacer


Éditions 2011

Chez Bonneterre
Édition février
Chez Bonneterre innovation et rentabilité vont de pair
L'agriculture est une activité économique dans une catégorie à part, estiment les frères Richard et Sylvain Raynault, de la Ferme Bonneterre. Mais tout de même une activité économique, donc commerciale. Et elle doit rimer résolument avec les mots productivité, efficacité, rentabilité et durabilité.
spacer

Éditions 2010

spacer
Au  sommet du sommet de la pyramide
Édition septembre
Au sommet du sommet de la pyramide
Sous le regard bienveillant de ses ancêtres, Julie Trottier, propriétaire de la Bergerie du Nord, à Normandin, au Saguenay-Lac-Saint-Jean, élève 200 brebis et leurs agneaux pour la viande et fabrique, avec le lait, des savons aux fragrances aussi variées qu’originales.
spacer
Happy-culteur
Édition avril
Happy-culteur
Si le bonheur est dans le pré, il est aussi dans le rucher, à Sainte-Louise, dans le Bas-du-Fleuve. Propriété de Jean-Marc Michaud et de ses deux fils, Jean-François et Benoit, Le rucher des Aulnaies offre un miel au bouquet de saveurs de bleuets, de trèfles et de multiples fleurs d’été. Le goûter provoque un plaisir qu’une clientèle croissante n’hésite plus à se donner.



Éditions 2009

Édition décembre
Le bœuf québécois cherche sa voie
Depuis 30 ans, au nom de la souveraineté alimentaire, éleveurs et consommateurs québécois ont investi plus de 2,5 milliards $ pour manger du « steak québécois ». D’une part, les bœufs du Québec parcourent des milliers de kilomètres pour se faire abattre en Ontario et aux États-Unis.
Édition décembre
Sur la terre de ses ancêtres, Saveurs et parfums
Sous le regard bienveillant de ses ancêtres, Julie Trottier, propriétaire de la Bergerie du Nord, à Normandin, au Saguenay-Lac-Saint-Jean, élève 200 brebis et leurs agneaux pour la viande et fabrique, avec le lait, des savons aux fragrances aussi variées qu’originales.
Édition février
Tirer son épingle du jeu en production ovine
Les propriétaires des Bergeries du Coin ont décidé de se retrousser les manches et de vivre leur passion du mouton. Contre vents et marées.


Éditions 2008
Édition septembre
Abitibi terres ouvertes
Le couple a deux enfants, Mathieu et Andréanne. Cette dernière est aux études dans le domaine de la diététique. Quant à Mathieu, lorsqu’il a manifesté son désir de prendre la relève de la ferme bovine de ses parents, ceux-ci ont été prêts à envisager la seule solution : s’expatrier en Abitibi. Parfois, il faut s’astreindre à quelques sacrifices pour installer convenablement sa relève et continuer de vivre sa passion.
Édition mai-juin
Les États-Unis favorablesa à la viande clonée
En octobre dernier, Le Coopérateur agricole vous présentait un article sur la possible commercialisation de viande d'animaux clonés et de leur descendance envisagée aux États-Unis. La décision est maintenant tombée : la Food and Drug Administration (FDA) donne son accord à la viande et au lait issus de clones. Effets et réactions aux États-Unis, en Europe et au Canada? ...
Édition mai-juin
Vision raison passion
C’est le slogan de vie de Bernard Maltais, propriétaire des Écuries Hanomar, à Laterrière, qu’il a fondée en 2000 avec son épouse, Évelyne Côté. Bernard ne se lance dans aucun projet avant d’avoir répondu clairement à trois questions : « En quoi consiste-t-il? Quelles sont les raisons de le faire? Qu’est-ce qui m’anime à le mettre de l’avant? » L’élevage de chevaux avait passé le test.
Édition mai-juin
Un agneau nourri aux algues de la Gaspésie
La Coopérative des producteurs d'agneaux de la Gaspésie connaît un franc succès avec un produit distinctif à cette région, l’agneau de la Gaspésie nourri aux algues qui prend officiellement sa place dans les produits haut de gamme du terroir québécois.Cet agneau se caractérise par son origine et par l’ajout d'algues à sa ration alimentaire...
Policier en cavale
Édition mars
Policiers en cavale
C'est à dos de chevaux canadiens que la cavalerie du Service de police de la ville de Montréal patrouille dans les parcs et rues de la métropole. Docile, robuste, agile et vaillant, le cheval canadien répond tout à fait aux besoins des agents de la paix.
spacer
Édition mars
Tapis rouge vers l’Abitibi
Choisir l’Abitibi comme région agricole, ils sont plusieurs producteurs à y avoir pensé. Yves Patry et Chantal Émond ont quitté leur Outaouais natal pour cette contrée. Et ils ne le regrettent pas.
Édition mars
Bilan 2007
Dans mon message de l’an dernier, j’affirmais que l’année à venir se déroulerait sous le signe de la transition, particulièrement dans le secteur porcin. L’année 2007 fut bien une année de transition, mais c’est le terme redressement qui la résumerait avec plus de justesse. Sur le plan financier, les résultats ont connu une nette amélioration : l’exercice 2006-2007 a vu La Coop fédérée renouer avec le profit et enregistrer un solde positif de 40,6 millions de dollars...


Éditions 2007
Édition novembre
L’agneau du marché
Avec la mise en place de l’agence de vente dans l’agneau lourd et le système de classification des agneaux, produire pour répondre au besoin du marché est impératif; c’est une question de gros sous.
Édition octobre
Viande clonée? Non merci!
En décembre 2006, la Food and Drugs Administration, le vis-à-vis américain de Santé Canada, annonçait dans une décision préliminaire son intention de déclarer la viande et le lait issus d’animaux clonés sécuritaires aux fins de vente au détail et de consommation.
Édition février
J’ai du bon fromage au lait... de brebis!
Entre 4 h et 8 h le matin, il se passe quelque chose… On ne le voit pas, mais c’est là, on le sent, décrit Gilles Dupont. Et après 8 h, c’est fini. Quand on sort de l’étable, ce n’est plus là. C’est autre chose. » C’est ce petit quelque chose d’indéfinissable qui a sans cesse ramené Gilles à ses premières amours : l’agriculture.
Édition janvier
Produire plus avec plus
Avec ses 1000 brebis, Bergerie Patapédia réalise des gains de productivité importants grâce notamment au contrôle de la photopériode et à l’utilisation d’aliments bien adaptés aux besoins du troupeau.


Éditions 2006
Édition décembre
À toute épreuve
La Station d’évaluation génétique de la Beauce, située à Saint-Martin, accueille les taureaux reproducteurs de race d’environ 45 éleveurs de bovins de boucherie provenant d’un peu partout au Québec.Leurs sujets y sont évalués selon des critères techniques et sanitaires établis et vérifiés par le MAPAQ. Les trois frères Samson et Réal Poirier en sont des adeptes de longue date.

Édition octobre
Au pays de la rose sauvage
C?olonisée à la fin des années 1800 et officiellement devenue une province du Canada en 1906, l’Alberta est désignée comme étant le pays de la rose sauvage. Son surnom lui vient de cette fleur, emblème provincial depuis 1930,

Édition mai-juin
Quand l’amour mène à la bergerie
Entre 4 h et 8 h le matin, il se passe quelque chose… On ne le voit pas, mais c’est là, on le sent, décrit Gilles Dupont. Et après 8 h, c’est fini. Quand on sort de l’étable, ce n’est plus là. C’est autre chose. » C’est ce petit quelque chose d’indéfinissable qui a sans cesse ramené Gilles à ses premières amours : l’agriculture.
Édition mai-juin
Sexage des bovins : mâle ou femelle
Pour présélectionner le sexe des veaux, il suffiraitde choisir la bonne couleur de trousse de sexage. Vous voulez une génisse? Choisissez la trousse rose. Vous voulez un taureau? Prenez alors la bleue. Une nouvelle technologie mise en marché par Microbix Biosystems, à Toronto, offre la possibilité de séparer la semence mâle de la semence femelle rapidement, de façon non invasive et… à peu de frais.
Édition mai-juin
Quand l’amour mène à la bergerie
Entre 4 h et 8 h le matin, il se passe quelque chose… On ne le voit pas, mais c’est là, on le sent, décrit Gilles Dupont. Et après 8 h, c’est fini. Quand on sort de l’étable, ce n’est plus là. C’est autre chose. » C’est ce petit quelque chose d’indéfinissable qui a sans cesse ramené Gilles à ses premières amours : l’agriculture..
Édition janvier
L’importance des bons résultats techniques
Ayant la chance de rencontrer plusieurs producteurs et productrices dans le secteur ovin, on me fait part de nombreux commentaires que j’aimerais partager avec vous et, surtout, démystifier. Le but de cet exercice est de démontrer que les bons résultats techniques sont impératifs pour améliorer les résultats économiques. Le taux d’agnelage, la mortalité des agneaux et la prolificité des brebis sont les éléments concernés..


Éditions 2005
Édition mai-juin
Le fabuleux destin gastronomique du Cerf de Boileau
Le Cerf de Boileau est la marque privée de venaison produite par Les Fermes Harpur, propriété du mécène Doug Harpur. Le très discret entrepreneur canadien possède quatre fermes d'élevage de cerfs rouges dans le monde : une en Nouvelle-Zélande, une aux États-Unis et deux au Québec. Et c’est dans cette province que, grâce à trois passionnés, l’animal a bondi de la forêt pour atterir dans l’assiette de nos temples gastromiques. Voici l’histoire du caviar des viandes.
Édition avril
Les minéraux : des nutriments essentiels
Lorsqu’on pense au cheval, on imagine un animal fringant se déplaçant avec une belle agilité. Pour se mouvoir de la sorte, le cheval sollicite ses systèmes osseux (le squelette), musculaire et nerveux. Et pour maintenir ces systèmes en santé, il doit utiliser différents nutriments, dont les minéraux. Les minéraux ont plusieurs fonctions dans le corps : formation des structures, transfert des nutriments, balance osmotique, et certains se retrouvent dans la composition d’acides aminés et d’hormones.
Édition mars
Pleins feux sur l'alimentation (partie 2)
Durant cette phase, où les agneaux sont avec les mères, il est important de favoriser une consommation hâtive de concentrés et de fourrages, afin de transformer en ruminants ces agneaux qui, à la naissance, n’ont pratiquement qu’une caillette fonctionnelle. Pour ce faire, il est impératif que les agneaux puissent consommer de l’eau. Car au contact du lait, se forme la gouttière œsophagienne qui fera passer le lait directement à la caillette. L’eau, quant à elle, passera par le rumen.
Édition janvier
Pleins feux sur l'alimentation (partie 1)
L’été 2004 n’a pas été très clément pour plusieurs régions du Québec, et la qualité des fourrages en a écopé grandement. Une fois le foin entreposé, il faut conjuguer avec les aliments disponibles, et ce, pour optimiser les performances du troupeau et la rentabilité de l’entreprise. Bref, adopter de bonnes stratégies alimentaires.


Éditions 2004
Édition novembre-décembre
À Winnipeg, les nuits sont longues...
On aurait pu dire aussi : « La route est longue… » C’est d’ailleurs ce qu’ont pu constater les 70 participants au voyage annuel d’étude de la Société des parcs d’engraissement du Québec (SPEQ) qui se sont envolés, au début d’août, pour aller voir ce qui se fait en production bovine au Manitoba.
Édition juillet-août
Un nouveau venu ce printemps, le poulain
Avec le printemps arrivent les poulinages. Et la hâte des propriétaires de voir la progéniture de leur jument favorite est grande. Bien sûr, on espère un beau poulain en santé qui, une fois adulte, fera notre bonheur et notre fierté sur les terrains de compétitions ou lors de ballades amicales. Mais, pour ce faire, il faut garder un œil attentif à sa croissance.
Édition avril
Une production c'est bien mais deux c'est mieux
En 1995, la famille Lemieux, de L’Isle-Verte, dans le Bas-Saint-Laurent, a choisi de diversifier ses activités en production ovine plutôt que d’augmenter le troupeau laitier. « J’ai fait des calculs et pour le même montant investi, le retour sur l’investissement était plus rapide en production ovine qu’en production laitière », lance Jacques Lemieux, copropriétaire de l’entreprise avec son épouse, Francine Lévesque, leurs deux fils, Pierre et Alain, ainsi qu’Amélie St-Jean, la conjointe de ce dernier, qui se joindra à l’équipe sous peu.
Édition mai-juin
Ruminez votre stratégie de production
Avec l’endettement des fermes laitières et l’augmentation de la taille des troupeaux, tous les moyens sont bons pour rentabiliser au maximum votre entreprise.
Édition février
Fourrages en cavale
Le cheval est un non-ruminant herbivore issu d’une sélection et d’une évolution continues depuis des millions d’années. La nature étant bien faite, le mécanisme de défense du cheval contre les prédateurs est la fuite. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il possède aujourd’hui une capacité d’ingestion moins grande que celle des grands ruminants tels que les bovins.



Retour



Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés