Éditions 2014

Édition octobre
Croître et prospérer dans le porc, c'est possible !
Benoit Marquis a débuté comme producteur parce qu'il y voyait un moyen de bien gagner sa vie. Aujourd'hui, il l'est encore parce qu'il aime toujours son métier, mais aussi parce qu'il y croit.
Édition septembre
Profil du directeur des services vétérinaires
Comme nous pouvons nous en douter, la mise en place d'une nouvelle règlementation auprès de particuliers et d'entreprises n'est pas simple. Or, puisque chaque personne possède sa propre perception des choses, la disparité entre la définition et l'interprétation d'un règlement peut s'avérer tout aussi complexe, sinon plus!
Édition septembre
Gérer à l'americaine
Les fermes laitières du Québec sont les plus petites au Canada, mais la tendance est au grossissement. On peut cependant faire plus d'argent en gérant bien une petite exploitation qu'en en gérant mal une grosse. Mais pourquoi ne pas essayer de faire les deux : bien administrer une grande ferme ?
Édition juillet-août
Les résultats techniques 2013
Les meilleurs éleveurs dépassent les 30 porcelets sevrés par truie par année.
Édition juillet-août
Une année charnière pour Filière
Si la gestion de notre agenda peut parfois être un casse-tête, imaginez gérer celui de trois usines d'abattage qui reçoivent des milliers de porcs par semaine, livrés par des centaines de transporteurs !
Édition juillet-août
Arriver à ̀bon «porc»!
La mortalité durant le transport provient de l'addition de tous les stress subis durant le cheminement du porc de la ferme à l'abattoir. Il importe d'évaluer les façons de faire des entreprises porcines et des compagnies de transport pour mieux cibler les points à améliorer.
Édition mai-juin
Filière porcine coopérative
Profil d'un directeur logistique et approvisionnement porc
Si la gestion de notre agenda peut parfois être un casse-tête, imaginez gérer celui de trois usines d'abattage qui reçoivent des milliers de porcs par semaine, livrés par des centaines de transporteurs !
Édition avril
La génomique
Un outil de plus pour la sélection des porcs
L'automne dernier, vous avez réussi à établir un beau champ de blé d'automne ! À l'aube du printemps, vous vous posez certainement des questions telles que : Comment vais-je savoir s'il a survécu ?
Édition avril
Filière porcine coopérative
Profil des coordonnatrices qualité du porc certifié La Coop
Filles de producteurs agricoles, Josée Niquette et Marie-Josée Turgeon ont toutes deux grandi dans une ferme familiale et opté pour une carrière en sciences animales. En novembre 2011, elles se sont jointes à la Filière porcine coopérative à titre de coordonnatrices qualité du porc certifié La Coop...
Édition Mars
Réjean Vermette : image de la Filière porcine coopérative
Groupe Vermette fonctionne comme dans une véritable chaîne de valeur. De la production du grain jusqu'à l'expédition des porcs, les grandes orientations de l'entreprise sont au cœur de toutes les discussions des actionnaires.
Édition février
La Filière porcine coopérative :
le meilleur des deux mondes pour la famille Leblanc
Dans la chaîne de valeur de la production de porcs, les camions et remorques utilisés ont aussi un rôle à jouer.
La sélection porcine  comment utiliser la variation pour atteindre l'uniformité
Édition janvier
Profil d'un transporteur
de porc certifié La Coop
Copropriétaire d'une entreprise familiale spécialisée dans le transport d'animaux vivants, producteur de porc certifié La Coop à forfait, éleveur de bovins charolais de race pure, président de l'Association québécoise des transporteurs d'animaux vivants (AQTAV), Alain Manningham a plusieurs cordes à son arc ! Un lien étroit unit toutefois ces différentes casquettes que porte Alain : la passion pour le milieu agricole.


Éditions 2013

Édition novembre - décembre
La Filière porcine coopérative :
le meilleur des deux mondes pour la famille Leblanc
Pas facile d'être producteur porcin par les temps qui courent, mais cette famille de Saint-Barnabé-Sud a su tirer son épingle du jeu et, par la même occasion, assurer sa relève.
Édition novembre - décembre
Profil d'un vétérinaire réseau
Soigner les animaux d'élevage, c'est une chose. Mais prévenir la dégradation du statut sanitaire dans une optique de rentabilité à la ferme, c'est encore mieux ! Les vétérinaires du réseau La Coop, comme Jean Brochu, veillent à atteindre ces deux objectifs auprès des producteurs de porcs et jouent un rôle clé au sein de la Filière porcine coopérative, notamment celui de consultants dans le développement de projets déterminants pour la croissance de l'industrie porcine au Québec.
Édition octobre
Le point sur les hernies ombilicales
Lors du dernier rendez-vous de l'Association québécoise des industries de nutrition animale et céréalière (AQINAC), en novembre dernier, ma présentation sur la gestion des hernies ombilicales a suscité passablement d'intérêt parmi les producteurs de porcs. Les organisateurs de la rencontre avaient vu juste quant à la pertinence du sujet à traiter. Qu'en est-il, aujourd'hui, de cette préoccupation ?
Édition septembre
Sogeporc travaille pour vous!
À la lecture de l'article paru dans le numéro précédent (juillet-août, pages 26 à 28) et un bref coup d'œil sur le tableau 1, on constate que les truies commerciales (hybrides ou F1) Sogeporc atteignent des niveaux de productivité exceptionnels.
Édition septembre
Profession : généticienne Sogeporc
Comment produire un porc plus performant, qui a la qualité de viande recherchée par les consommateurs et qui répond aux besoins des producteurs et des abattoirs?
Édition juillet - août
Les résultats techniques 2012
Chaque année la compilation des résultats Winporc des clients et des coopératives nous donne une bonne idée des résultats et des défis qui nous attendent pour l'année qui vient.
Édition juillet - août
AGA Filière porcine coopérative :
Une deuxième ristourne pour les producteurs de porc
Lors de l'assemblée générale annuelle de la Filière porcine coopérative, tenue en avril dernier, plus de 170 producteurs de porc ont appris qu'ils auraient droit à une seconde ristourne en deux ans pour leur participation à la Filière. Une nouvelle réjouissante dans une AGA remplie de surprises.
La sélection porcine  comment utiliser la variation pour atteindre l'uniformité
Édition mai - juin
Quantité et qualité au sevrage
Oui, c'est possible !
En 2013, voilà une affirmation qui suscite certainement des interrogations chez de nombreux producteurs naisseurs ou naisseurs-finisseurs. L'amélioration constante de la prolificité des truies depuis plusieurs années et, du même coup, la diminution du poids moyen des porcelets à la naissance nous amènent à penser que le défi est de plus en plus difficile à relever. Y a-t-il un mode d'emploi ?
Édition mai - juin
Profession : Conseiller scientifique
Au nombre de ses réalisations, le professeur Serge Pommier, conseiller scientifique, a contribué à l'introduction d'une technique pour le dépistage d'un gène porcin spécifique, établi un laboratoire de collecte de semence en station d'insémination artificielle et participé à l'optimisation de la qualité de la viande d'exportation pour un abattoir. Il est sans aucun doute un atout considérable pour Olymel et pour la Filière porcine coopérative !
La sélection porcine  comment utiliser la variation pour atteindre l'uniformité
Édition avril
Quais de chargement : Survol pratico-pratique pour se faciliter la tâche.
Les quais de chargement doivent nous faciliter la tâche pour l'expédition des animaux vers l'abattoir.
Édition avril
Pascale Sarrazin, coordonnatrice en formulation monogastrique
Diplômée en agriculture générale de l'Université McGill, membre de l'Ordre des agronomes du Québec et titulaire d'une maîtrise en alimentation des vaches laitières, Pascale Sarrazin a porté quelques casquettes avant de se joindre au réseau La Coop en tant que coordonnatrice en formulation monogastrique.
La sélection porcine  comment utiliser la variation pour atteindre l'uniformité
Édition mars
Portraits :
Les visages de la Filière porcine coopérative
Le travail d'un agent d'approvisionnement porc consiste à assurer l'approvisionnement d'Olymel en porcs de bonne qualité. Pour ce faire, l'agent se doit d'être le point de liaison avec les différents intervenants qui entrent en contact avec les animaux : producteurs, transporteurs, vétérinaires, experts-conseils, personnel de l'abattoir, etc.
Édition février
Réactivité des porcs :
les recommandations de Temple Grandin
Avez-vous déjà remarqué que, très souvent, lorsqu'on entre dans un parc d'engraissement, les porcs se poussent et ont tendance à s'empiler au fond ? Pour la plupart des gens, ce compor­tement est normal et correspond à un simple « effet de surprise », parce que dans la très grande majorité des cas, si on ne bouge pas trop, les porcs reviennent vers nous.
La Filière porcine coopérative
Édition janvier
Réduire les pertes
par condamnation ou démérite
Condamnés, démérites, porcs morts transport, morts étable, voilà des mentions qu'aucun producteur ne souhaite retrouver sur un certificat d'abattage. Ils se traduisent en effet par un manque à gagner parfois important. Cet article se penchera sur les façons de les réduire.


Éditions 2012

La Filière porcine coopérative
Édition novembre - décembre
Filière porcine coopérative :
pour améliorer les ventes et satisfaire les clients
Pour garantir la qualité d'une viande de porc aux clients et leur affirmer que cette viande a une histoire bien à elle, il importe qu'elle réponde scrupuleusement aux critères du cahier des charges à toutes les étapes de la filière. C'est ainsi que, depuis 2005, Olymel s'est engagée à travailler en filière avec le réseau pour mettre en place le porc certifié La Coop et, en 2011, fonder la Filière porcine coopérative.
La sélection porcine  comment utiliser la variation pour atteindre l'uniformité
Édition octobre
La sélection porcine
comment utiliser la variation pour atteindre l'uniformité
Des animaux uniformes qui croissent au même rythme, des côtelettes de porc identiques au rayon des viandes, ce sont des objectifs de production dans le programme de sélection de Sogeporc. Mais la génétique est une science complexe, avec certains côtés étonnants, qu'il faut bien maîtriser pour appliquer les principes de sélection.
La Filière porcine coopérative
Édition juillet - août
La Filière porcine coopérative
Le 1er juin dernier s'achevait l'écriture du premier chapitre de l'histoire de la Filière porcine coopérative, lancée officiellement le 21 avril 2011. Une première année d'existence plutôt positive, qui laisse les producteurs rencontrés optimistes pour la suite des choses.
À rebrousse-poil…
Édition juillet - août
Mise à jeun
Il y a un adage qui dit qu'on ne peut pas gérer ce que l'on ne peut pas mesurer. Ce principe est vrai pour la gestion des entreprises, mais il s'applique aussi à certaines pratiques de conduite à la ferme. La mise à jeun des porcs avant l'abattage en est un bon exemple. Un bon exemple de ce qu'on peut réussir à améliorer, mais aussi de la nécessité de faire évoluer nos mesures et nos indicateurs pour donner plus d'information...
Les résultats techniques en 2011
Édition mai - juin
Les résultats techniques en 2011
Aujourd'hui, l'agriculture moderne doit faire face à une réalité où performance, qualité et rentabilité sont devenues synonymes. Plusieurs outils et solutions nous sont proposés pour atteindre nos objectifs, mais arrivons-nous à nous y retrouver?
À rebrousse-poil…
Édition avril
À rebrousse-poil…
Pour répondre à certaines interrogations sur le code de démérite 14 et en apprendre davantage sur les soies du porc…
Le transport adapté aux porcs d'abattage : à quelles conditions? L'introduction des cochettes Sogeporc : un succès d'équipe
Édition mars
L'introduction des cochettes Sogeporc : un succès d'équipe
Le renouvellement des reproducteurs est certes l'un des éléments de conduite des élevages les plus importants dans le maintien d'un troupeau stable et performant. Fondamentalement, l'introduction de nouveaux sujets dans le troupeau doit permettre l'accès à des animaux génétiquement supérieurs, qui contribueront à l'amélioration des performances. Sur le plan sanitaire, l'arrivée de ces « intruses » (cochettes de remplacement) constitue une étape qu'il faut réaliser correctement, en fonction des caractéristiques de chaque élevage.
La lutte contre les parasites intestinaux
Édition février
Bien peser ses porcs pour un meilleur revenu
Nous mettons tout en œuvre pour garder à son plus bas le coût de production de nos porcs tout au long de l'engraissement. La dernière étape – le choix des porcs à expédier – peut nous faire perdre ou gagner plusieurs dollars par porc.
Édition janvier
Le transport adapté aux porcs d'abattage : à quelles conditions?
Le processus d'expédition des porcs compte plusieurs étapes importantes, notamment celle du transport des animaux vers l'abattoir. Après avoir vécu dans de bonnes conditions d'élevage et avoir été soigneusement manipulés, les porcs conservent une empreinte positive envers les humains et sont fin prêts à être expédiés à l'abattage.


Éditions 2011

x
La lutte contre les parasites intestinaux
Édition novembre - décembre
De producteur de porcs à producteur de viande
Bien des producteurs de porcs ne se considèrent plus simplement comme des producteurs de porcs, mais plutôt comme des producteurs de viande – et ils ont raison. Saviez-vous que 50 % de la qualité du produit fini dépendent de ce qui se passe à la ferme? La gourou nord-américaine du bien-être animal, la Dre Temple Grandin, mentionnait que les autres 50 % dépendent de ce qui survient à l'abattoir. Vous avez donc un rôle très important à jouer.
x
La lutte contre les parasites intestinaux
Édition octobre
Résultats techniques 2010
Des performances en constante amélioration

En ces temps difficiles pour la production porcine, l'importance de bonnes performances techniques est encore plus grande. Plusieurs réseaux de production ont révisé leurs façons de faire. L'adoption du « tout plein – tout vide » et du monosource en engraissement a grandement favorisé l'amélioration des performances, ce qui se reflète dans les résultats économiques.
z
x
Les sous-produits dans la fabrication d'aliments à la ferme : utilité et limites
Édition octobre
La manipulation des porcs avant l'abattage ou comment « penser cochon »
Au cours du processus d'expédition des porcs vers l'abattoir, plusieurs étapes importantes peuvent avoir un effet positif ou négatif sur des mois de travail et d'efforts en élevage...
x
La lutte contre les parasites intestinaux
Édition septembre
Le contrôle des salmonelles
Depuis plusieurs années, les producteurs de porcs sont régulièrement informés de la présence ou de l'absence des salmonelles dans leur troupeau. Cette information mérite qu'on s'y attarde, dans la mesure où elle a un impact sur plusieurs maillons de la chaîne alimentaire.
z
x
Les sous-produits dans la fabrication d'aliments à la ferme : utilité et limites
Édition septembre
Les sous-produits dans la fabrication d'aliments à la ferme : utilité et limites
Toute entreprise qui désire maintenir sa position concurrentielle et demeurer dans le groupe de tête doit constamment remettre en question ses façons de faire. À plus forte raison en période d'incertitude et de changements profonds, tels que nous les vivons actuellement en production porcine. Sans qu'on puisse maîtriser tous les maillons de la filière, il existe néanmoins deux paramètres sur lesquels on peut avoir un impact direct : les performances zootechniques et les coûts de l'aliment porc...
x
La lutte contre les parasites intestinaux
Édition juillet - août
La lutte contre les parasites intestinaux
Par « parasites intestinaux », on entend principalement l'Ascaris suum, un long ver blanc qui colonise le petit intestin à l'état adulte. Mais l'ascaris n'est pas ingéré par le porc à ce stade : il se contamine par l'entremise d'œufs présents dans son environnement. Ces œufs sont très résistants et peuvent demeurer dans les parquets d'élevage pendant des années, malgré les procédures standards de lavage et de désinfection.
z
x
Le jeûne avant l'abattage, payant pour tous!
Édition mai - juin
La génétique : un outil précieux pour réduire la variabilité de la carcasse
Les producteurs de porcs le savent bien : il existe une grande variabilité dans les perfor­mances des porcs qu'ils élèvent. Et elle se retrouve aussi à l'abattoir. Les causes en sont nombreuses et comprennent notamment la saison, la nutrition, le niveau sanitaire, la régie d'élevage, l'environnement, le sexe de l'animal et la génétique.
x
OPTI-PORC Pour mieux savoir où on s'en va
Édition mai - juin
Assemblée de fondation de la Filière porcine coopérative
Ça y est, la Filière porcine coopérative québécoise a vu le jour. Officiellement fondée le 21 avril dernier, à Drummondville, en présence de près 150 producteurs et intervenants du réseau La Coop, cette filière met la table pour un nouveau paradigme en matière de production et de commercialisation du porc au Québec.
z
x
Le jeûne avant l'abattage, payant pour tous!
Édition avril
Le jeûne avant l'abattage, payant pour tous!
Les dernières heures avant l'expédition du porc vers l'abattoir représentent l'étape ultime de plusieurs mois de travail et d'efforts. L'objectif, tout au long de cette période, est de produire et de livrer un porc qui donnera une viande de haute qualité et qui répondra aux attentes des consommateurs. Malheureusement, le jeûne, dernière étape de l'élevage, est parfois négligé. Il représente pourtant un avantage économique pour tous les maillons de la chaîne.
x
OPTI-PORC Pour mieux savoir où on s'en va
Édition février
OPTI-PORC Pour mieux savoir où on s'en va
Le programme de gestion Opti-Porc : un outil de gestion de haut niveau, indispensable pour accroître les performances et la rentabilité de votre entreprise.
z
x
Sélection in vivo du gras intramusculaire
Édition janvier
La biosécurité interne
Le contexte économique actuellement difficile de la production porcine monopolise beaucoup d’énergie. Chaque jour, les aspects de rentabilité et de productivité sont au cœur de vos priorités. Dans cet ordre d’idées, la bonne santé du troupeau permet d’en tirer une performance élevée sans augmenter les coûts de production.
x


Éditions 2010

x
Sélection in vivo du gras intramusculaire
Édition novembre-décembre
Devenir un producteur un privilège bien mérité
a base de l’amélioration génétique repose sur le choix du meilleur animal reproducteur Sogeporc qui transmettra les qualités recherchées. Tant le verrat que la truie doivent répondre à des critères de sélection précis pour produire le meilleur porc : le porc La Coop. Pour devenir un reproducteur de choix, un porc devra franchir avec succès différentes étapes; seule l’élite les franchira toutes
x
Alimentation à la dérobée en cage de mise bas : oui ou non?
Édition octobre
Alimentation à la dérobée en cage de mise bas : oui ou non?
Pour un sevrage à trois semaines, obtenir 70 kg en porcelets, c’est un bon objectif, 75 kg, c’est mieux, et 80, c’est excellent. Pour atteindre ce genre de performance, aucune erreur n’est permise. Il faut une maîtrise parfaite de l’environnement immédiat de la truie et un bon programme alimentaire.
z
Sélection in vivo du gras intramusculaire
Édition juillet-août
Sélection in vivo du gras intramusculaire
Les recherches récentes démontrent qu’il y a avantage à distribuer un aliment complémentaire aux porcelets pendant la lactation. Voyons quelles sont les connaissances actuelles sur cette pratique.
Pendant la lactation pas de place à l’improvisation
Édition mai-juin
Pendant la lactation pas de place à l’improvisation
Pour un sevrage à trois semaines, obtenir 70 kg en porcelets, c’est un bon objectif, 75 kg, c’est mieux, et 80, c’est excellent. Pour atteindre ce genre de performance, aucune erreur n’est permise. Il faut une maîtrise parfaite de l’environnement immédiat de la truie et un bon programme alimentaire.
Édition avril
La ferme de recherche de Frampton
un outil important au sein d’une grande organisation

En 2001, le groupe Cooperative Research Farms (CRF) décidait de conduire ses travaux de recherche chez la truie au Québec, dans une ferme de 600 truies, appartenant au réseau La Coop, située à Frampton, en Beauce. Cette décision est une reconnaissance de l’expertise et du professionnalisme des Québécois dont il faut être fier.
Édition mars
Le porc, sans peur et sans reproche
Trouver un titre pour un article n’est jamais aisé. Un bon titre résume bien la pensée d’un texte et accroche le lecteur. Il faut tenter d’être court et percutant. Dans le cas du présent texte sur la Ferme Roland Morneau de Saint-Roch-des-Aulnaies, et plus précisément sur sa jeune relève qui tente de s’établir en production porcine, plusieurs titres auraient été possibles, oscillants entre le plutôt fataliste « Garder espoir », le banal, mais véridique « Une famille unie » ou l’original « Le porc sans peur et sans reproche »…
Édition février
PigGen Canada Du nouveau en génomique porcine
En février 2009, plusieurs organisations canadiennes de sélection porcine, dont La Coop fédérée, se sont regroupées pour discuter la faisabilité d’unir leurs forces afin d’effectuer de la recherche en génomique porcine. De cette discussion est née, le 23 juin, PigGen Canada. La première assemblée annuelle a eu lieu le 29 octobre dernier.
Édition janvier
Élevage en bandes Faire le bon choix
Depuis maintenant cinq ans, plusieurs coopératives exploitent des filières de production porcine avec le principe de bandes.


Éditions 2009

Édition novembre
De la fertilité naissent les bons résultats
Puisque nous n’avons aucune influence sur les prix ou l’état du marché, c’est sur les performances des élevages qu’il faut capitaliser.
img ferme porcine de l'année
Édition octobre
Partenaires pour l'avenir
La nouvelle convention de mise en marché des porcs est entrée en vigueur le 8 septembre dernier pour une durée de quatre ans. La décision a été rendue par la Régie des marchés agricoles et alimentaires du Québec après 18 mois d'intenses négociations entre la Fédération des producteurs de porcs et les abattoirs québécois.
s
Édition septembre
Phosphore
Prêt pour les normes 2010!

Contexte du prix du porc difficile, prix des intrants plus élevés, normes environnementales rigoureuses, autant de contraintes pour nous démotiver. Dans cette situation, le choix des tâches nécessaires prend son importance.
img ferme porcine de l'année
Édition juillet-août
DansFermes porcines de l'année
Si la Ferme du Passeporc a remporté le titre de Ferme de l’année, c’est en raison de la passion, véritable ciment de l’entreprise, juge Alain Bourgeois, diplômé de bioagronomie de l’Université Laval. C’est la passion qui garde intense notre intérêt pour la production et qui nous fait garder notre routine. »
s
Édition mai-juin
Agrepp 2009 Les restructurations portent fruit
En ces temps plus difficiles en production porcine, l’importance de bonnes performances techniques est encore plus grande. Plusieurs réseaux de production ont révisé leurs façons de faire. L’adoption du tout plein tout vide et de la monosource en engraissement ont grandement contribué à l’amélioration des performances techniques, ce qui se reflète sur les résultats économiques.
Édition avril
Produire de porc au pays des cowboys
Dans la province de l’or noir, il ne faut pas oublier que l’essentiel de l’économie a toujours été l’agriculture. L’Alberta est la quatrième province productrice de porcs au Canada après le Québec, l’Ontario et le Manitoba. Une production sans soutien de l’État que l’on souhaite remodeler, avec l’appui du reste de la filière, pour être concurrentiel sur les marchés canadiens et mondiaux.
Édition mars
Un maillage heureux un maillage de raison
Sous l’inspiration de Chrysalide, trois coopératives du Centre-du-Québec ont décidé de faire ménage à trois et d’unir leurs opérations meuneries et leurs services-conseils en production porcine, pour le meilleur et pour l’avenir. Un mariage réussi ayant obtenu la bénédiction de tous. Amen!.
Édition février
Le sevrage-abattage plus jeunes entrés, plus vite au marché
Les cotisations à verser à l’assurance stabilisation des revenus agricoles (ASRA) sont en hausse. Les coûts de production aussi. Quant au prix du kilo de porc sur le marché, il fait piètre figure. Plus que jamais il faut afficher de bonnes performances. Produire en mode sevrage-abattage est un des moyens d’y parvenir...
Édition janvier
Le porc certifié La Coop a meilleur coût et meilleur goût
Plus de 80 % des producteurs porcins du réseau La Coop sont actuellement sous cahier des charges porc certifié La Coop, ce qui montre bien l’engouement pour cette nouvelle formule de production qui ajoute à votre rentabilité.


Éditions 2008

Édition décembre
Du sevrage à l'abattage
Cette technique comporte plusieurs avantages. Mentionnons, notamment, une plus grande stabilité sanitaire. En effet, le modèle sevrage-abattage permet un meilleur contrôle du syndrome reproducteur et respiratoire porcin (SRRP)...
Édition novembre
La qualité de la viande c'est aussi votre rôle
Pour que cette génétique ait toutes les possibilités de s’exprimer adéquatement, il est important d’utiliser un mode de conduite de type tout plein tout vide, par salle ou par site, avec lavage, désinfection et vide sanitaire entre les lots. La distribution de l’aliment à volonté est à préconiser, éviter tout...
Édition octobre
Un monde à porc
Ce sont d’excellents producteurs et ce prix ils le méritent grandement, lance Audrey Martel, experte-conseil à La Coop des Appalaches. Leurs bons résultats techniques, la propreté des lieux, la bonne gestion de l’entreprise...
Édition septembre
Des truies plus performantes mais aussi plus exigeantes
La production de la viande porcine, comme n’importe quel produit de consommation, est d’abord et avant tout déterminée par les exigences du consommateur. Et ce dernier, qu’il vive au Québec ou ailleurs, cherche à obtenir la meilleure qualité au moindre coût.
Édition juillet-août
L’AGREPP, Hausse des performances techniques en 2007
En ces temps des plus difficiles en production porcine, l’importance de bonnes
performances techniques est encore plus grande. Après une année 2006 décevante à cause des maladies, voilà que 2007 ramène des performances enviables et bat bien des records techniques.
Édition juillet-août
Recherchée Génétique performante pour viande de qualité
La production de la viande porcine, comme n’importe quel produit de consommation, est d’abord et avant tout déterminée par les exigences du consommateur. Et ce dernier, qu’il vive au Québec ou ailleurs, cherche à obtenir la meilleure qualité au moindre coût.
Édition juillet-août
Les truies gestantes en groupes
De plus en plus, l’opinion publique dicte des façons de faire dans le secteur agricole. Les consommateurs veulent que la viande qu’ils achètent provienne d’animaux qui soient bien traités. De nombreuses chaînes de restaurants demandent des spécifications précises concernant la gestion des animaux.
Édition mai-juin
LA GÉNÉTIQUE SOGÉPORC ET GÈNE+ liés pour votre réussite
Le travail d’amélioration génétique réalisé par Sogéporc (filiale de La Coop fédérée) depuis plus de 20 ans est pour le moins impressionnant. Au cours des années, les résultats ont progressé; ils sont aujourd’hui parmi les meilleurs au monde, autant pour les lignées maternelles que paternelles.
Édition mai-juin
Quand le porc se fait chrysalide
À l’origine, deux coopératives voisines actives dans le porc, Comax et Covilac, vivaient, tout comme l'ensemble de la filière porcine québécoise, des difficultés financières liées au prix du porc et à des maladies tels le syndrome reproducteur et respiratoire porcin (SRRP) et le Circovirus. C'est alors que les directeurs généraux de ces deux coopératives se rencontrent et décident de conjuguer leurs forces pour donner naissance aux Élevages Covimax.
Édition février
La génétique Sogéporc
Pour le plus grand profit des producteurs
La médaille d’or. Les verrats Duroc Sogéporc ont gagné la médaille d’or aux dernières épreuves en station réalisées au Centre de développement du porc du Québec (CDPQ). Cette médaille vient récompenser les efforts de sélection de toute l’équipe de Sogéporc.
Édition janvier
En maternité du cube s’il vous plaît
Vous êtes-vous posé la question dernièrement s’il est préférable d’utiliser un aliment cubé ou en texture pour les truies en lactation? Et bien nous, on se l’est posée, cette question… encore une fois. Voici nos conclusions...
Édition janvier
Condamné à exceller
Ne nous racontons pas d’histoires. Daniel Beauchesne était heureux d’apprendre qu’il avait terminé l’année 2006 en tête du classement de l’Association de groupes d’éleveurs en production porcine (AGREPP), soit premier sur 180 fermes d’engraissement. Heureux, oui, mais… Que voulez-vous, la morosité dans le secteur porcin affecte tout le monde, même les premiers de classe...


Éditions 2007
Édition novembre
L’AGREPP La force d’un réseau
Avec un contexte financier très compétitif et un monde en changement, les producteurs de porcs du Québec doivent s’adapter. Les pratiques de régie sont très bien définies. La génétique en production porcine repousse sans cesse les limites et les programmes alimentaires, compte tenu de ces changements, sont à la fine pointe de la technologie...
Édition octobre
Jouer la game du haut de gamme
Dans le porc, rien ne sert de courir, il faut trouver un bon créneau. Une formule gagnante selon les associés de la ferme de Saint-Canut, car la marge y est de loin supérieure à celle des produits de commodités.
Édition septembre
Eux, ils connaissent ça!
Après seulement sept ans en production, l’entreprise Engraissement Beaux-Porcs, propriété de Jules et Jonathan Beaulieu, a décroché le titre Ferme porcine de l’année, catégorie Engraissement, lors du dernier Congrès du porc

Édition juillet-août
Le confort et la différence
Le tout nouveau site d’élevage porcin d’Alain Fluet allie technologie et confort.
Deux éléments clés qui, avec une régie de pointe, permettent de réduire sensiblement les coûts de production.

Édition juillet-août
Le porc certifié coop, Le choix des Japonais
Le 14 mai dernier, une première cargaison de filets, de poitrines et de longes de porc certifié coop atteignait le vaste marché japonais que dessert Olymel depuis déjà de nombreuses années...
Édition mai
Les bandes aux quatre semaines pour rivaliser avec les grands
Le salut des maternités de petite taille.
Édition avril
La génétique et la résistance aux maladies
On peut sélectionner les porcs pour résister au SDPS ou à d’autres maladies. Mais plusieurs problèmes ralentissent le progrès espéré. Sogéporc et des coopératives du réseau coop participent à des essais pour identifier les animaux les plus résistants aux maladies.
Édition mars
Économisez l'eau, c'est payant
Un Albertain est surpris par la performance des abreuvoirs à bille économiseurs d’eau.
Édition février
Ce porc « santé » est-il si bénéfique aux consommateurs?
La mode, tout vraisemblablement, est aux oméga-3. À ceux qui n’aiment pas manger du poisson ou avaler des suppléments d’oméga-3, on offre de consommer du lait, des œufs et maintenant du porc, tous enrichis d’oméga-3.
Du bacon santé, dites-vous avec enthousiasme?
Édition février
Pierre Boivert est maître chez lui
Quand il s’est lancé dans la production de porcs, en 1995, il n’avait pas l’intention qu’on lui dicte quoi faire. Ni de s’endetter au point qu’il ne puisse plus profiter de la vie. Pierre a toujours gardé en tête ce qu’un maître de stage lui avait dit alors qu’il était étudiant : « Tes cochons vivent pour toi, ne vis pas pour tes cochons. »
Édition janvier
Légèrement plus pesant
Pierre Gagné est un des premiers producteurs du réseau coopératif à avoir emboîté le pas avec la production de porcs lourds. Il a fait le saut car il avait l’espace disponible et n’avait à y consacrer aucun investissement. Ajoutons également que la bonification qu’on accordait à ce type de porcs n’était pas sans intérêt.


Éditions 2006

Édition décembre
Le plan « coopératif » colombien tiendra-t-il la route?
Cartagena. Instrument « privilégié » de répartition de la richesse entre 46 millions d’habitants, le secteur coopératif représente 5,1 % du PIB de la Colombie.
Édition décembre
Rêver notre agriculture
La Commission sur l’avenir de l’agriculture et de l’agroalimentaire québécois amorcera dès janvier
sa tournée d’audiences publiques régionales. La Coop fédérée et ses membres ont tout intérêt à y participer!
Édition novembre
L’AGREPP un réseau d’éleveurs incomparable

Au cours des dernières années, la force de la production porcine au Québec a été de surmonter de nombreux obstacles dans un processus d’amélioration continue. Pensons aux différents changements techniques dans la façon de produire les porcs, avec une amélioration génétique repoussant sans cesse les limites. Pensons aussi aux programmes alimentaires toujours mieux adaptés aux besoins et développés pour répondre aux nouvelles normes environnementales.
Édition octobre
Le goût avant tout!
La Jambonnière fait mentir le vieil adage qui dit que les trois facteurs de succès pour l’établissement d’une entreprise sont la localisation, la localisation et la localisation.
Édition septembre
Du porc bien élevé
Malgré ces temps difficiles pour les producteurs de porcs, en raison notamment du SDPS, plusieurs entreprises réussissent à maintenir de bonnes productivités. C’est le cas de la Ferme Jobel à Sainte-Luce, près de Rimouski, qui a remporté le titre de Ferme porcine de l’année, catégorie finisseur, au dernier Congrès du porc.
Édition juillet-août
Sogéporc se fait remarquer
Sogéporc, le réseau de génétique porcine du mouvement coopératif, s’est distingué à maintes reprises au cours de la dernière année.
Édition juillet-août
Du cube,et encore du cube !
Dans les conditions d’élevage actuelles, l’utilisation d’un aliment en cubes améliore-t-elle toujours les performances des porcelets? Une étude a démontré qu’ils font plus de gain et nécessitent moins d’aliment pour le faire, d’où une efficacité supérieure.
Édition juillet-août
Porcs d’attache
« Malgré plus de 30 ans de métier, ils ont encore la passion et leur entreprise est toujours en évolution. C’est assez unique », exprime Daniel Schiettekatte, agronome et responsable du concours Ferme porcine de l’année.
Édition mai-juin
De nouveaux vaccins pour le porc
Le réseau Zoo-Innovation du Conseil québécois de valorisation des biotechnologies a organisé une conférence, le 1er décembre dernier à Saint-Hyacinthe, à laquelle ont participé de nombreux spécialistes en santé porcine. Voici ce dont il a été question en matière de vaccins innovants pour lutter contre les maladies en production porcine..
Édition mai-juin
Le circovirus après le plan Madec
Près de quatre mois après le passage du Dr François Madec, le 8 février dernier, où en sommes-nous? Rappelons qu’à la demande de La Coop fédérée, le directeur adjoint de l’Unité d’épidémiologie et bien-être du porc de l’Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments est venu partager son expérience à contrer le Syndrome de dépérissement en post-sevrage (SDPS) en France.
Édition avril
Pour des communications saines et zen
On a vu, avec le problème de la maladie de la vache folle en Angleterre, des experts affirmer que le ESB n’était pas transmissible aux humains alors qu’ils n’en savaient rien. La crédibilité des autorités auprès du grand public en a été grandement affectée. Depuis, les gens sont sceptiques lorsqu’ils entendent des élus ou des porte-parole de l’industrie leur dire qu’une maladie qui affecte les animaux ne comporte aucun risque pour les humains, et à juste titre.
Édition avril
SDPS : le travail des premières heures
Durant la dernière année, le circovirus (CVP2) a affecté plusieurs élevages au Québec. Différentes stratégies sont actuellement employées pour contrôler les symptômes du syndrome de dépérissement post-sevrage (SDPS). Voici un rappel des recommandations du Dr François Madec (Le Coopérateur agricole, mars 2006) pour contrer ce virus lors des premières heures de vie du porcelet..
Édition avril
Pour des communications saines et zen
On a vu, avec le problème de la maladie de la vache folle en Angleterre, des experts affirmer que le ESB n’était pas transmissible aux humains alors qu’ils n’en savaient rien. La crédibilité des autorités auprès du grand public en a été grandement affectée. Depuis, les gens sont sceptiques lorsqu’ils entendent des élus ou des porte-parole de l’industrie leur dire qu’une maladie qui affecte les animaux ne comporte aucun risque pour les humains, et à juste titre.
Édition mars
La conduite en bandes «aux quatre semaines» un exemple d’audace
Avoir l’esprit ouvert, être à l’affût des nouveautés, innover, trouver des solutions originales et faire preuve d’audace, voilà, entre autres, ce que les membres du réseau coop se sont toujours donné comme mission pour faire progresser leur agriculture. Dans le texte qui suit, la production porcine coop démontre qu’elle colle à cette ligne de pensée.
Édition mars
SDPS : L’expérience française
L’expérience française est encourageante. Les producteurs qui ont amélioré leur régie ont survécu à une violente crise de syndrome de dépérissement en post-sevrage (SDPS).
Édition janvier
Du colostrum, SVP
Les porcelets naissent sans aucune protection immunitaire. Ils sont donc mal équipés pour combattre les nombreux agents infectieux qu’ils rencontrent pendant les premiers jours.
La prise de colostrum est donc importante pour la survie et la croissance normale du jeune porcelet.


Éditions 2005
Édition novembre-décembre
L'AGREPP, tout n'est pas qu'une question de chiffres
Avec plus de 500 producteurs qui utilisent le logiciel Winporc et plusieurs années d’expérience en analyse technico-économique, le réseau de l’AGREPP est incomparable. Peu d’organisations mettent autant d’efforts à standardiser les données et à valider les résultats pour offrir un outil de comparaison aussi fiable à leurs producteurs. Voici donc les résultats 2004 de l’Association de groupes d’éleveurs en production porcine (AGREPP).
Édition octobre
Soyez «hot»
Avec la venue de l’automne, plusieurs d’entre vous doivent remettre en opération les systèmes de chauffage pour maintenir le confort des porcs et maximiser leurs performances. À cet effet, nous vous offrons un rappel des points à faire vérifier pour démarrer et utiliser adéquatement les éleveuses et fournaises, et assurer leur efficacité tout au long de la prochaine saison froide.
Édition septembre
Profitez pleinement de la prolificité de vos truies!
Au cours des 10 dernières années, l’évolution de la prolificité des truies a permis une augmentation importante de la productivité et celle-ci se poursuivra dans les années à venir. La sélection génétique est un des facteurs responsables de cette amélioration, mais il est aussi important de mentionner que l’alimentation, la régie et le statut sanitaire, aujourd’hui mieux caractérisés, permettent aux truies une meilleure expression de leur potentiel génétique.
Édition juillet-août
Allier porcs et sports
Michel Simard, producteur à Sainte-Edwidge, dans la MRC de Coaticook, a remporté le titre Ferme porcine de l’année 2005, catégorie finisseur. Sportif, âgé de 39 ans et père d’un garçon de 13 ans, il est aussi perfectionniste dans l’élevage de ses porcs que dans la pratique de ses sports. Très volubile, le nouveau lauréat nous parle fièrement de son métier.
Édition mai-juin
Réduire les écarts de poids
La variation de poids que présentent les porcelets à la sortie du site 2 est une cause majeure de la variation de poids que présenteront ces mêmes animaux au moment de les envoyer à l’abattoir. À cause de cette variabilité, il faut plusieurs expéditions pour vider le bâtiment en fin d’élevage, ce qui augmente les coûts de transport du lot vers l’abattoir.
Édition avril
Enfin, de la recherche sur la cochette!
La Coop fédérée lance un centre d’expérimentation sur la cochette en croissance. Ce genre de recherche aussi complète ne se fait nulle part ailleurs et le besoin est grand, affirme Yan Martel Kennes, coordonnateur des activités de recherche aux productions animales à La Coop fédérée.
Édition mars
L'environnement et le porc CO-OP, des rejets parmi les plus bas!
Les producteurs de porcs qui travaillent avec le réseau CO-OP ont fait le bon choix. Les aliments distribués par l’ensemble des coopératives sont à l’origine des performances exceptionnelles qu’ils obtiennent du côté environnemental. Grâce à ces résultats, ils sont en meilleure position pour se conformer aux exigences qu’impose le REA (Règlement sur les exploitations agricoles).
Édition février
Carte postale de la Pologne
L’avenir est prometteur pour les jeunes agriculteurs polonais. Slavomir Garstka, 29 ans, envisage de prendre la relève de la ferme familiale au cours de la prochaine année. La ferme, située dans la région ouest de La Grande Pologne, est spécialisée dans la production porcine. Son père, Karimierz Garstka, âgé de 57 ans, prendra sa retraite huit ans plus tôt qu’il ne l’avait prévu grâce au nouveau programme d’incitatifs à la retraite pour les fermiers de 55 ans et plus.
Édition janvier
Régie des porcs en croissance durant l'hiver
Plusieurs d’entre vous connaissez et maîtrisez bien l’ensemble des techniques d’élevage qu’il faut appliquer pour réussir en engraissement. Cela vous permet d’être performant techniquement et de contrôler votre coût de production. Les facteurs qui influencent vos résultats sont nombreux : génétique, alimentation, régie et santé, pour ne nommer que ceux-là.


Éditions 2004
Édition novembre-décembre
AGREPP : la référence en maternité, la différence en engraissement
Avec le temps, la banque de données de l’AGREPP en maternité est devenue la référence pour l’industrie porcine québécoise. En engraissement, elle se démarque par la valeur et l’exactitude de son information, ainsi que par l’innovation dans le type de données recueillies.
Édition octobre
Le CQEPP : une entreprise trois missions
Le Centre québécois d’expertise en production porcine (CQEPP), situé à La Pocatière, offre à l’industrie un élevage porcin, doté d’installations de haut niveau et enregistrant des résultats performants, pour recevoir des stagiaires et réaliser des travaux d’expérimentation, de développement et de transfert technologique. Cette entreprise, qui favorise les besoins en environnement, a beaucoup à offrir. Reste à l’industrie d’en profiter!
Édition septembre
Quand l'élevage et environnement vont de pair
Lorsqu’elle a posé sa candidature au concours de la Ferme porcine de l’année 2004, Angèle Nadeau, copropriétaire de la Ferme Saint-Noël avec son mari Norbert Drapeau et leur fils, Mathieu, n’aspirait à rien de moins que le premier prix. Avec une productivité de 27,6 porcelets sevrés par truie productive, l’attente était légitime.
Édition mai-juin
Youna, c'est parti!
Un an et demi après l’arrivée des premières truies chinoises au Québec, Le Coopérateur a rencontré Pierre Veilleux, de la Ferme L’Éveil, multiplicateur pour Sogéporc de la nouvelle génétique porcine du réseau CO-OP. Ce dernier nous livre ses commentaires sur les performances et les comportements de cette affectueuse créature.
Édition avril
Vivre au rythme des animaux
Faire de l’engraissement à forfait en production porcine, c’est chose commune; par contre, être naisseur-finisseur à forfait, voilà qui est plus inusité! À la Ferme J.L.T. Vachon, de Lac-Etchemin, Lisa opère de cette façon depuis ses débuts en production porcine, en 1998. Pour elle, c’est une manière d’acquérir progressivement de l’expérience tout en s’assurant une certaine sécurité financière.
Édition avril
Gérer les priorités financières
À l’aube d’une troisième année où les prix, même meilleurs, pourraient encore nécessiter l’intervention de l’ASRA pour couvrir les coûts de production de la plupart des fermes, les producteurs de porc ont besoin d’outils et de conseils pour améliorer leurs résultats financiers dans l’attente de jours meilleurs. En voici quelques-uns.
Édition mars
Le gras dorsal dans le collimateur
Quelles doivent être les réserves corporelles des truies à la mise bas et comment doit-on les alimenter durant la gestation afin qu’elles soient dans un état de chair adéquat à la mise bas? Ces questions sont très pertinentes quand vient le temps de maximiser la productivité. Mais des essais réalisés à la Ferme de recherche CRF, à Frampton, révèlent qu’il est tout aussi important qu’elles aient un bon état de chair à la saillie.
Édition février
Du nouveau pour l'alimentation des truies
Dans la perspective où la qualité de la main-d’œuvre s’avère essentielle à son développement, la Coopérative fédérée de Québec désirait s’engager de façon soutenue dans le développement des compétences de son personnel et de celui de ses coopératives affiliées. Pour cette raison, en août 2002, elle a mis sur pied sa propre école de formation : l’Académie Coop.
Édition janvier
Une construction où l'environnement domine
Nous n’exploitons pas une entreprise agricole juste pour faire des bénéfices qu’on met dans nos poches », lance Alain Bourgeois, propriétaire avec Danielle Paquin, enseignante à la formation des adultes, de la Ferme du Passeporc, une maternité de 800 truies, à Mirabel. « Il faut aussi avoir une conscience sociale », ajoute-t-il. Voici le portrait d’une entreprise sans sol, construite en 2000, où le propriétaire n’hésite pas à inves-tir en environnement et en bien-être animal.





Retour



Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés