Faites votre choix…

de partenaires



Il y a bien longtemps que je n'ai pas eu l'occasion de vous écrire. Mais c'est un plaisir évident que j'aurai, au courant des prochains mois, de traiter de différents sujets touchant le monde des productions végétales

Au cours des dernières semaines, on vous a sollicité pour l'achat de vos semences. Dans peu de temps, vous le serez de nouveau pour celui de vos fertilisants, produits de phytoprotection et autres intrants qui sont nécessaires à vos besoins de production.

La classe agricole est l'une des plus sollicitées de notre société, et ce, par de multiples entreprises, que ce soit pour les intrants, la machinerie, le carburant, la chaux, les produits nettoyants, etc. Ça fait bien du monde à votre porte!

D'entrée de jeu, dites-vous que la plupart des représentants de ces entreprises sont des professionnels qui, avant toute chose, veulent bâtir un partenariat d'affaires à long terme avec vous. Les experts-conseils du réseau La Coop, tout comme leurs gestionnaires, ont aussi cette préoccupation de premier ordre. Mais voilà, une question se pose : qu'est-ce qu'un vrai partenariat? Un beau mot, qui veut dire peu pour certains et beaucoup pour d'autres. On dit que dans toute business, dans toute relation d'affaires, on choisit un partenaire en fonction d'affinités communes, de sentiments qui nous rapprochent – vous savez, les fameux « atomes crochus »… Mais est-ce bien vrai, tout cela?

Selon Le petit Larousse, un partenariat est un système qui associe des partenaires sociaux ou économiques. C'est là où je veux en venir. Je m'explique. Lorsqu'un professionnel vous sollicite, c'est à vous qu'il appartient de juger de ce partenariat. Posez-lui des questions pointues qui touchent vos productions végétales. S'il ne sait que dire des réformes de l'ASRA, si le portrait du marché des fertilisants est pour lui un mystère ou s'il est incapable de débattre ou de dresser les avantages et les inconvénients des OGM, interrogez-vous sur la pérennité de la relation d'affaires que vous bâtirez avec ce professionnel. Une solide relation d'affaires, ça ne s'échafaude pas qu'avec des signes de dollars. Ça ne se limite pas aux produits qu'on vous offre. Qu'attendez-vous de votre représentant? Mettez le tout sur papier, s'il le faut. Et fixez-vous des objectifs d'affaires.

Bien sûr, les années que nous traversons sont difficiles. L'aspect économique doit donc impérativement être pris en compte. Du coup, un professionnel doit avoir en tête de vous faire progresser, de vous faire faire de l'argent, de faire en sorte que votre situation économique s'améliore ou, qu'à tout le moins, elle ne se détériore pas. Bref, il doit avoir votre réussite à cœur.

C'est là que le partenariat prend toute sa signification. Je sais que pour certains, ce n'est qu'une question de prix. Mais au-delà du prix, avez-vous confiance en vos professionnels? Êtes-vous à l'aise de discuter de finances avec eux? Faites une expérience en renversant les rôles. Vous devez vendre votre récolte de grain. Deux choix se présentent : vendre à une entreprise qui veut payer le moins possible et qui n'achète qu'à l'occasion vos surplus de récolte, ou bien à une autre qui souhaite bâtir une relation d'affaires à long terme et qui, de façon régulière, achète une part de votre récolte en vous offrant toujours un juste prix? Poser la question, c'est y répondre.

Dans les années à venir, vos exploitations devront continuer à être rentables, certes. Votre réseau La Coop prend en compte que vos partenaires d'affaires devront être des experts-conseils de haut niveau, capables de bien cerner vos enjeux, de faire progresser votre situation économique, de répondre à vos objectifs. Mais une chose demeure : vous avez le pouvoir de décider avec qui vous voulez bâtir une relation d'affaires, relation qui, encore une fois, va bien au-delà de la facture de vos intrants…

À une prochaine réflexion!

Retour

Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés