Spécial rentrée

  
Pour les enfants, l'été qui s'achève est toujours synonyme de rentrée scolaire. Ils savent qu'ils vivront bientôt des sentiments partagés : joie de retrouver la « gang », retour à la discipline et à des journées bien organisées, inquiétudes quant aux nouvelles matières et, bien sûr… les professeurs. Pour certains, les enjeux seront encore plus grands : nouvelle école, passage du primaire au secondaire, etc. Bref, quelques certitudes, mais une foule d'incertitudes !
Une situation qui ressemble à s'y méprendre à celle que vivent les producteurs bovins à toutes les fins d'été, n'est-ce pas ? Sous peu, il faudra sevrer les veaux. Quel sera leur poids ? Combien de vaches seront déclarées gestantes au prochain test de gestation ? Est-ce que les stocks d'aliments sont suffisants pour passer l'hiver ? Et surtout, la question qui tue : à quoi ressembleront les prix des veaux ?

Pour certaines de ces questions, vous avez déjà une réponse, ce qui vous permet de planifier des actions. C'est rassurant. À l'opposé, les questions pour lesquelles vous n'avez pas de réponses constituent des éléments d'insécurité. C'est la gestion à court terme.

En fait, la rentabilité d'une entreprise est souvent liée à sa capacité de connaître, maîtriser et multiplier les actions à long terme. Bien entendu, les éléments de décision doivent être basés sur des valeurs sûres, surtout pas sur des prévisions du type « boule de cristal ».

Application bovine
Les cinq dernières années ont amené des changements profonds dans la production bovine québécoise : nombre de producteurs, cheptel de bovins, capacité d'abattage, fluctuations importantes de prix et, bien sûr, systèmes de protection des revenus agricoles. Certains fournisseurs d'intrants ont même revu à la baisse leurs services pendant cette période. En fait, les balises traditionnelles se sont estompées.

À titre d'entrepreneur, vous êtes contraint de vous comporter de plus en plus comme celui qui doit conduire par une nuit pluvieuse, sur une route non éclairée et où ne subsistent que 10 % des lignes blanches. Pour éviter la catastrophe, vous vous approchez toujours plus du pare-brise en espérant voir plus clair, mais sans y parvenir. La fatigue s'installe peu à peu; la situation est de plus en plus stressante. Ajouter une valeur sûre à votre « arbre de décision » vous ferait du bien ? Lisez attentivement ce qui suit.

Un engagement
Nous sommes tous conscients que la compétitivité du secteur bovin passe par l'amélioration des performances technico-économiques des entreprises, autant celles vaches-veaux que bouvillons d'abattage. D'où un grand besoin de transfert technologique et économique au cours des prochaines années.

Conscient de cette réalité, le réseau La Coop a entrepris il y a deux ans une planification straté­gique de son offre en production bovine. Un plan d'action a ensuite été présenté et adopté par l'ensemble du réseau.

Aujourd'hui, en guise de spécial rentrée, je vous annonce une excellente nouvelle : la mise en action, depuis le 1er juin, de la phase 1 du plan OptiBœuf La Coop.

En gros, 31 coopératives, y compris La Coop fédérée, s'engagent à offrir les services d'une équipe d'experts-conseils, pendant un minimum de cinq ans, à l'ensemble des producteurs de bovins de leurs territoires respectifs. On parle d'un investissement collectif de près de 2,5 millions $. L'équipe est déjà en place et a commencé son travail.

En s'engageant ainsi, les coopératives ont pensé au présent, mais surtout à la relève de la production bovine. Nous avons confiance en vous; ayez confiance en nous !

Pour en savoir davantage, consultez le site www.optiboeuf.coop.
Retour

Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés