Think BIG!

Détrompez-vous : ceci n’est pas une suite de mes articles sur la Californie. C’est plutôt une réflexion sur une façon de voir les choses. J’aurais pu aussi écrire « OSEZ rêver... »

Vous arrive-t-il de vouloir obtenir des choses ou atteindre des buts presque impossibles à vos yeux? Je dis bien presque… parce que dans les faits, TOUT est possible. De toute façon, quand on dit « impossible », il faut préciser pour qui. Choisissez-vous vos rêves en fonction des autres, pour vous « conformer »? Vous arrive-t-il de vous dire « Bah, c’est trop gros pour moi » et de voir plus petit que ce que vous aimeriez vraiment? Vous rêvez d’une Mercedes, mais vous vous contentez d’une berline américaine. Quel but voulez-vous atteindre? Quelque chose de conventionnel ou bien qui sort de l’ordinaire? Vous croyez votre rêve possible? Il le sera. Vous le croyez trop gros pour vous? Il le sera aussi. Vous avez tendance à écouter ceux qui vous disent d’oublier ça, que vous visez trop haut? Ils auront raison. D’ailleurs, ce sera comme ça dans tout ce que vous entreprendrez. VOUS êtes responsable de la réalisation de vos objectifs et de vos rêves. Suffit d’en avoir la ferme conviction et d’agir en conséquence pour que ça arrive. Mais TOUT est possible!

Vous avez sûrement déjà entendu « C’est trop beau pour être vrai ». Pourtant, dites-vous bien que si c’est vrai pour au moins une personne, alors c’est vrai, un point c’est tout. Et ce n’est pas parce que quelque chose n’a jamais été fait que quelqu’un ne peut pas le réaliser. Alors, permettez-vous de rêver, ça ne coûte rien! Ensuite, voyez jusqu’à quel point ça peut être important pour vous, car votre conviction sera aussi forte que l’importance que vous porterez à vos objectifs. En vous les rappelant tous les jours, et en faisant des efforts en ce sens, vous les atteindrez. Pour réaliser vos rêves les plus fous, préparez-vous à sortir de votre zone de confort. Hum… pas toujours facile. Ça demande souvent de faire les choses différemment et d’être persévérant. C’est bien connu : comment peut-on espérer avoir un résultat différent si on fait toujours la même chose, de la même façon? Une fois qu’on accepte ce principe, il faut absolument garder le cap sur l’objectif et avoir une vision à long terme. C’est tout un défi, puisque beaucoup de gens sont portés à regarder les résultats immédiats. Dans votre ferme, c’est encourageant au bout de la journée, de voir le travail accompli : le foin engrangé, les labours terminés ou la machinerie lavée, c’est du concret. Pour le long terme, c’est carrément plus abstrait. Par exemple, quand un producteur laitier rêve d’obtenir un titre de Maître-éleveur, certains se diront que c’est de la folie. D’autres vont y rêver toute leur vie sans jamais passer près de réussir. La différence entre la réussite ou l’échec, c’est le travail.

On ne doit pas miser que sur la chance; il y a des étapes à suivre. Il y a aussi des hauts et des bas sur le parcours. Je compare cela à un athlète qui rêve d’aller aux Jeux olympiques. Il doit travailler extrêmement fort pendant quatre ans, sans jamais arrêter de visualiser son objectif. Le moindrement qu’il prend son entraînement à la légère, il s’écarte du même coup de son rêve et du podium.

En terminant, j’ai vu cet automne des éleveurs réaliser un grand rêve : remporter un championnat majeur avec une bête de leur élevage. Je pense ici à l’Exposition internationale Holstein, tenue à Saint-Hyacinthe, au début novembre, où la Ferme Jean-Paul Petitclerc et fils, de Saint-Basile (Portneuf), a présenté la Championne Junior et où Annie Lecours et Luc Boisvert, de Princeville, ont ravi le titre de Grande Championne avec une de leurs bêtes. Ils sont partis d’un rêve, puis ont travaillé, travaillé et travaillé. Quel exploit, quelle fierté! Un gros BRAVO de la part de tout le réseau! 

Retour

Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés