Lait fourrager et

efficacité alimentaire

Nous sommes à l'aube de la saison de récolte des fourrages. Êtes-vous prêt à faire de la qualité? C'est un sujet qui n'est pas nouveau… Mais la qualité des fourrages que vous vous apprêtez à récolter aura une répercussion importante sur la productivité de votre troupeau ainsi que sur votre année financière, puisque c'est la base de l'alimentation des vaches laitières.
Une panoplie de facteurs sont importants en matière de qualité des fourrages : les espèces, la fertilisation et, bien sûr, la conservation. Cependant, le plus important de tous demeure le stade de maturité au moment de la récolte. Plusieurs d'entre vous m'ont déjà avoué qu'ils préféraient laisser pousser le foin encore un peu… et qu'il faudrait bien voir les andains derrière la faucheuse! Mais survient ensuite une semaine de pluie, le foin mûrit, et la qualité souhaitée au départ n'est pas au rendez-vous. À ce moment-là, peu importe que tous les autres aspects soient excellents, les fourrages n'apporteront pas l'énergie et la protéine tant désirées, et ce sera (encore une fois!) le prix des concentrés qui sera montré du doigt dans l'analyse de vos coûts d'alimentation. C'est drôle mais, année après année, peu importe que Dame Nature soit de notre bord ou non, je vois tout de même des producteurs récolter d'excellents fourrages.

Lait fourrager
On entend souvent l'expression « faire du lait fourrager ». Pour beaucoup, faire du lait fourrager signifie donner un minimum de concentrés. Il y a plusieurs façons de voir les choses… mais pour moi, faire du lait fourrager, c'est plutôt maximiser la production en ayant d'excellents fourrages. Un fourrage récolté jeune contiendra plus de sucres. Cela aidera à sa fermentation et à sa conservation, le rendra plus digestible et, par le fait même, en augmentera la consommation. Peu importe la qualité des fourrages récoltés, les vaches auront besoin de concentrés. La différence se trouvera dans la quantité de concentrés à servir ainsi que dans la qualité. Bien entendu, les attentes en matière de production seront différentes selon les fourrages que nous avons sous la main. Dans les meilleurs troupeaux de chacune des races, le lait produit à partir des fourrages est excellent. À la base, les foins et les ensilages le sont aussi!

Efficacité alimentaire
C'est à ce moment que nous pouvons aussi parler d'efficacité alimentaire. Comment produire le plus de lait possible avec chaque kilogramme de matière sèche ingérée par les vaches? On ne peut pas réinventer les normes du National Research Council (NRC) ni les lois de la physique… Une vache peut consommer jusqu'à 4 % de son poids vif en matière sèche. Aussi bien maximiser la qualité de tout ce qu'on lui donnera, car comme mentionné en introduction, l'effet se fera sentir non seulement sur la productivité, mais aussi sur la rentabilité de votre entreprise. Le NRC ne vend pas d'aliments. Ses recommandations sont le fruit du travail d'un groupe de chercheurs et de nutritionnistes qui définissent les besoins nutritionnels des animaux selon leur stade de vie, dans le but d'optimiser la production, la reproduction et les facteurs de santé.

Notre travail consiste à vous offrir des combi­naisons d'ingrédients pour compléter la base des fourrages servis. Le rumen a besoin de fibres, mais aussi d'un bon équilibre en acides aminés, amidon, minéraux et vitamines pour travailler de façon optimale et atteindre un bon pic de lactation. Ce pic sera déterminant pour ce qui est de la quantité de lait produite pendant la lactation complète.

Alors, préparez-vous dès maintenant à faire une première coupe hâtive et à maximiser le lait produit à partir de vos fourrages. Le truc? Commencez très tôt! Parce que, de toute façon, ça se finit souvent plus tard qu'on le voudrait. Bonne récolte!
Retour

Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés