Des chiffres qui parlent

 
Depuis un certain temps, nous mettons en évidence le fait que le réseau La Coop est étroitement lié à de bons niveaux de performance. Pour appuyer cette affirmation, rien de tel que des faits : sur les 20 meilleurs troupeaux, selon la moyenne de lait par vache dans l'est du Canada, 16 sont alimentés par le réseau. Cette proportion – 80 % de clients – est aussi vraie dans chacune des races : que ce soit dans la Holstein, la Ayrshire, la Suisse Brune ou la Jersey, sur les cinq meilleurs troupeaux, quatre sont des clients La Coop.

Pourquoi parler encore une fois de ces producteurs ayant un niveau supérieur de production ? Tout simplement parce qu'ils sont des modèles à suivre et que performance est aussi synonyme de rentabilité. Les producteurs de lait admissibles au Club Select Synchro 750 représentent les 3 % supérieurs. Parmi ce groupe de producteurs élites ayant, au contrôle laitier, plus de 750 points de MCR combinée lait-gras-protéine, nous retrouvons 99 de nos clients.

Quand on analyse de plus près les données de ces fermes grâce aux tableaux mensuels La Coop, certains chiffres sont très révélateurs. Ces troupeaux se comparent aux autres sur le plan de la taille, avec une moyenne de 60 vaches. Cependant, la principale différence se trouve dans le quota détenu : 75 kg de matière grasse, comparativement à 49 pour le troupeau moyen de 60 vaches au Québec. L'écart est immense ! Les 26 kg de différence représentent plus de 175 000 $ de revenus supplémentaires par année ! Certes, il faut déduire les dépenses, mais vous serez tous d'accord pour dire qu'au final il en restera plus dans les poches des producteurs. Les données recueillies donnent d'ailleurs un avantage aux troupeaux à haute productivité en ce qui a trait au revenu net par kilo de quota.

Efficacité alimentaire
Quand on jette un œil aux données du rapport annuel de Valacta, on peut voir un avantage sur le plan de l'efficacité alimentaire dans les troupeaux à haute productivité, avec plus de 1,4 kg de lait produit par kilo de matière sèche. L'écart ne semble pas énorme à première vue quand on compare cette donnée avec la moyenne provinciale de 1,26. Mais au réel, ça veut dire que pour chaque kilo/jour de quota, un troupeau moyen consommera 7,6 tm d'aliments contre 6,8 tm pour le troupeau à haute productivité. Cela équivaut à un écart de plus de 60 tm d'aliments pour un quota de 75 kg/jour. Au prix où sont les fourrages et les concentrés, c'est une économie potentielle très importante.

La gestion…
Le grand écart de performance vient de la qualité de la gestion prodiguée dans tous les aspects de la production : qualité des fourrages, stabilité des rations, confort, hygiène. Dans les troupeaux à haute productivité, on remarque un comptage leucocytaire plus bas, à 212 000 en moyenne, contre 253 000. Le niveau de gestion et de performance se reflète aussi sur l'âge moyen des taures au premier vêlage, qui se situe à 25,3 mois, contre 26,8 mois pour la moyenne des troupeaux chez Valacta. Les avantages se multiplient, avec un besoin moins grand en sujets de remplacement. Pour ajouter à tout cela, Stephen Leblanc, médecin vétérinaire de l'Université de Guelph, démontrait, au dernier Symposium des bovins laitiers, que les performances reproductives étaient meilleures dans les troupeaux à haute productivité. Le rapport annuel de Valacta le confirme, avec huit jours de moins d'intervalle entre les vêlages que la moyenne pour le groupe des 20 % supérieurs.

À la lumière de ces données, le réseau La Coop continuera de faire la promotion de la haute productivité avec le Club Select Synchro 750 et d'un vêlage hâtif avec le Défi Goliath 2013. Il en va de la rentabilité et de la pérennité de votre entreprise. Parlez-en à votre expert-conseil.

Retour

Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés