Pour une agriculture

durable !

L'agriculture est en constante évolution. Elle traverse les générations, en s'adaptant aux nouvelles réalités et aux nouvelles technologies. Pourtant, certaines personnes s'en font une image négative et ont l'impression que tout se fait dorénavant de façon trop intensive. Il est de notre devoir de faire valoir l'agriculture responsable et durable à laquelle nous participons activement.
La journée Portes ouvertes sur les fermes du Québec, organisée par l'UPA et qui a lieu en septembre de chaque année, se veut une fenêtre extrêmement intéressante pour les gens qui ne sont pas familiers avec l'agriculture d'aujourd'hui. Mais en dehors de ce rendez-vous annuel, nous devons continuer de démontrer l'importance de ce secteur d'activité et sa pérennité. Trop souvent, ce qui retient l'attention de la population, c'est le côté négatif de l'agriculture. Ce qui se retrouve à la une de l'actualité n'est pas nécessairement le reflet de ce qui se passe sur le terrain.

Pour ma part, ce que j'observe, ce sont des producteurs passionnés par leur métier et qui ont pour objectif de transmettre leur entreprise à une prochaine génération. À mon avis, c'est une belle image de ce qu'est le concept d'agriculture durable. Plusieurs éléments entrent en ligne de compte. Le mot le plus important, selon moi, est respect : le respect de la terre, des animaux, du voisinage, du matériel, des règles et de l'environnement en général. Pour que l'agriculture soit durable, elle doit aussi inclure une notion de rentabilité. Car même si on respecte les normes, les bêtes et les voisins, s'il ne reste pas assez d'argent au bout du compte, c'est le transfert à la prochaine génération qui se trouve en péril. Comme le métier de producteur agricole est en compétition avec les autres, il doit être attrayant !

Les productions végétales jouent un rôle primordial. L'alimentation du cheptel en découle. Afin de produire du lait de façon efficace et économique, il faut des fourrages et des grains en quantité et en qualité suffisantes. Pour cela, il faut une terre en bonne santé à moyen et long terme. La qualité de la régie aux champs améliore le rendement des cultures, et ça continue à l'étable. La productivité des vaches augmente constamment, et il en sera ainsi pour les années à venir. On améliore sans cesse les conditions de logement des vaches pour leur bien-être, et elles nous le rendent bien. Elles ont souvent un confort supérieur au nôtre ! C'est un bel exemple du respect qu'on porte aux animaux, tout en se préoccupant de deux autres éléments essentiels : un bon programme d'amélioration génétique et une alimentation équilibrée. D'ailleurs, en ce qui a trait à la génétique, on tient compte de critères de santé depuis quelques années pour améliorer la longévité des vaches.

Quand on parle d'agriculture durable, on doit regarder droit devant. Je sais que la grande majorité des producteurs font tout ce qui est possible pour transmettre une terre riche et fertile aux générations futures. Après tout, nous avons un rôle primordial : celui de nourrir la planète pendant encore longtemps. Il ne tient qu'à nous de le faire savoir et de le faire valoir.
Retour

Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés