Des vaches à 20 000 kg

En naviguant sur les réseaux sociaux cet hiver, je me suis senti interpelé par une discussion où on se demandait si des vaches pouvaient produire plus de 20 000 kg de lait par année de façon « naturelle ». Ce qui me désolait le plus, c'étaient les commentaires qui faisaient suite à cette question. Les gens ont des doutes… Ça me rappelle il y a 20 ans, lorsqu'on se posait la même question concernant celles qui en faisaient 15 000 !
Aujourd'hui, on voit pourtant des vaches à plus de 15 000 kg de lait par an dans une grande quantité de fermes. Pour ma part, il n'est pas question de mettre en doute les résultats de production de ces vaches. Il s'agit simplement de sujets exceptionnels, gardés dans de très bonnes conditions. Au cours d'une lactation de 305 jours, 20 000 kg représentent, en moyenne, près de 66 kg de lait produit par jour. À ces niveaux de production, les vaches ont des pics de lactation d'environ 80 kg et habituellement une excellente persistance pendant toute la durée de leur lactation. Ces niveaux de production s'obtiennent principalement avec des vaches de troisième lactation et plus, d'où l'importance de travailler sur la longévité de celles-ci.



En réalité, quand on combine le progrès génétique et le soin apporté aux animaux, il est normal que les performances s'améliorent sans cesse. C'est comme ça dans toutes les productions animales. Dans chacune des races, les taureaux utilisés en insémination sont de loin supérieurs à ce qu'ils étaient «  dans l'temps  » en matière de potentiel génétique pour les caractéristiques de production. Dans la race Holstein, on parle d'une amélioration moyenne de 83 kg de lait par année. Et il s'agit là d'une moyenne. Il serait donc logique de croire que des lignées de vaches très fortes en production sur le plan phénotypique, ayant de très fortes valeurs génétiques et saillies par des taureaux possédant de forts indices génétiques en lait puissent atteindre des sommets de plus en plus hauts. La production est d'ailleurs un caractère doté d'une très forte héritabilité.

En matière de gestion, on voit de plus en plus de producteurs ayant opté pour la traite trois fois par jour au lieu de deux. Les vaches sont de plus en plus grosses et le confort qu'on leur offre s'est grandement amélioré. La gestion de la période périvêlage s'est aussi considérablement affinée. Ces pratiques ont pour résultat une augmentation importante des niveaux de production. On voit ainsi de plus en plus d'animaux exprimer leur plein potentiel génétique.

Les éleveurs qui ont des vaches produisant plus de 20 000 kg s'entendent tous sur un point : elles ont un appétit hors du commun. Il ne tient qu'à chaque producteur d'offrir des aliments de qualité à volonté pour découvrir ces sujets exceptionnels. Il suffit de s'y mettre pour constater les résultats et dissiper les doutes de la faisabilité.
Retour

Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés