Des producteurs dans le vent
avril 2004
Vos revenus agricoles s’essoufflent? Vous êtes fatigué de marcher sur la corde raide pour rejoindre les deux bouts? Vous devriez peut-être considérer une nouvelle culture d’appoint… facile, propre et renouvelable : le vent! » C’est en substance le message lancé récemment à l’occasion du National Western Stock Show & Rodeo, au Colorado, à quelque 250 producteurs réunis pour entendre parler du potentiel des énergies douces pour le monde agricole.

D’abord, on leur a vanté les mérites du vent, du soleil et de l’eau pour diminuer leurs coûts d’exploitation de la ferme. Par exemple, un panneau solaire pas plus grand qu’une boîte à chaussures peut produire suffisamment d’énergie, semble-t-il, pour alimenter les clôtures électriques d’une grande ferme d’élevage. Mais, plus alléchant encore, les énergies renouvelables peuvent également devenir des revenus d’appoint pour l’exploitation agricole. D’après Jim Green, un spécialiste de l’énergie éolienne, un producteur qui accepterait de loger des installations sur ses terres pourrait collecter de 2 500 à 4 000 $ US par éolienne par année. Ces structures, bien qu’elles s’élèvent jusqu’à quelque 250 pieds dans les airs, occupent vraiment peu de superficie au ras du sol, de sorte qu’elles ne perturbent pas les activités agricoles ni le bétail qui broute.

Voilà, vraiment, une toute nouvelle forme de diversification des revenus agricoles. Historiquement, les parcs éoliens ont toujours été développés par des industriels, souvent des manufacturiers de turbines. Mais aujourd’hui, il semble bien que de plus en plus de producteurs agricoles soient déterminés à prendre une place dans ce nouveau marché. Ainsi, j’apprenais récemment que deux coopératives ont été mises sur pied par des producteurs agricoles, au Minnesota, pour acheter et installer une série d’éoliennes, afin de vendre leur électricité aux services publics locaux. Au Royaume-Uni, le Co-op Group, un grand ensemble coopératif ayant des activités agricoles, a déposé un peu avant Noël un deuxième projet d’éoliennes sur ses terres. Le plan indique que les nouvelles installations, sans compromettre les activités agricoles, généreront suffisamment d’électricité pour alimenter 17 000 maisons pendant la durée de vie utile du parc, soit 25 ans. Le groupe coopératif se réjouit, et avec raison, de ce projet qui permettra de diminuer de plus d’un million de tonnes les rejets de dioxyde de carbone dans l’atmosphère.

Le vent : une nouvelle manne? Il est tentant de rêver... Et si c’était possible aussi chez nous? À l’heure de la controverse entourant la centrale du Suroît, et désireux de respecter nos engagements du protocole de Kyoto, il se trouve des gens très sérieux qui font la promotion du potentiel éolien du Québec. Car de grands espaces, Dieu sait que nous en avons. Et du vent aussi, nous en avons. Oh, il y a bien d’autres gens, très sérieux aussi, qui font remarquer que le vent, au Québec, ce n’est pas trop fiable, que ça ne peut être qu’une énergie d’appoint, au mieux… Encore que Le Devoir rapportait récemment, sous la plume de Louis-Gilles Francoeur, que « des recherches récentes des services météorologiques d’Environnement Canada laissent entrevoir que le nord du Québec abrite trois des gisements éoliens les plus importants du Canada, voire de l’Amérique… » Mais ça, c’est le Grand-Nord. Cette découverte ne peut se traduire en occasion d’affaires pour les producteurs agricoles. Cependant, il semble y avoir unanimité sur le potentiel éolien considérable de la Gaspésie. Avis aux producteurs agricoles de là-bas! Pour le reste du territoire, il faudra que des spécialistes planchent un peu plus longuement sur la question. Si c’est concluant, alors on pourra encourager les producteurs à diversifier leur production pour engranger l’énergie du vent et en récolter les fruits. D’ici là, on pourra toujours suivre avec intérêt l’expérience des producteurs agricoles américains qui osent flirter avec ce tout nouveau marché.
 

Colette Lebel, agr.
Directrice des affaires coopératives
La Coop fédérée
Courriel : colette.lebel@lacoop.coop
Télécopieur : (514) 858-2025
 



Retour



Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés