Pygmalion à la coopérative
MAi 2010

Bien sûr, me disiez-vous, l’idée de la coopération, c’est formidable. Si tout le monde embarquait, ça serait presque le paradis sur terre! Seulement voilà, il y a toujours des gens qui ne veulent pas coopérer. Et ce qui est choquant, c’est que ces gens-là en profitent quand même, de la coopérative. Si elle n’était pas là pour faire le chien de garde, le compétiteur ne serait pas obligé de leur faire de si bons prix. Alors pourquoi, moi, je devrais rester fidèle à ma coopérative? Pour le bien commun? Ou pour permettre à mon voisin de se faire faire de bons prix par le compétiteur? Un fou dans une poche!

Coopérer ou ne pas coopérer. Il vous faut choisir – n’est-ce pas le lot des hommes libres? Mais pour peu qu’on regarde et qu’on écoute ce qui se passe dans le monde d’aujourd’hui, le choix de la coopération semble justifié. Aux philosophes d’hier se joignent désormais des économistes, des politiciens, des biologistes, des pédagogues, bref toute une nouvelle vague de spécialistes s’intéressent maintenant à la coopération. Les uns y découvrent un moyen de moraliser l’économie; les autres, un ingénieux processus naturel permettant l’évolution et d’autres encore, une puissante démarche éducative. Comme jamais auparavant, la coopération fait parler d’elle. Et puis, en décembre dernier, c’est la consécration : l’Assemblée générale des Nations Unies proclame 2012 comme l’année internationale des coopératives. Voilà qui donne du vent dans les voiles à notre mouvement et qui pourrait bien produire un effet Pygmalion… je vous explique.

L’effet Pygmalion, documenté par des chercheurs en psychologie sociale, caractérise la capacité des attentes sociales à créer la réalité. Par exemple, dans une de leurs expériences, les chercheurs ont indiqué à des enseignants ceux parmi leurs élèves qui présentaient le plus fort potentiel, sur la base d’un test qu’ils leur avaient fait passer. Or en réalité, les élèves identifiés comme les plus doués avaient été choisis totalement au hasard pour les besoins de l’expérience. Toutefois, à la fin de l’année, ces derniers ont réellement présenté plus de progrès que les autres. L’expérience a donc démontré que si les enseignants ont confiance que leurs élèves ont de grandes capacités, ils réussiront mieux.

Par extension, l’effet Pygmalion se produit lorsqu’en pensant qu’une personne possède une caractéristique, nous changeons notre propre attitude envers elle et l’influençons de telle sorte qu’elle va effectivement acquérir cette caractéristique. Plus simplement, c’est l’effet Hygrade, mais appliqué à l’homme plutôt qu’à un produit. Vous vous rappelez la publicité « Plus de gens en mangent parce qu’elles sont plus fraîches… et elles sont plus fraîches parce que plus de gens en mangent »? Eh bien, l’effet Pygmalion pourrait s’exprimer ainsi : « Je suis gentille parce que les gens s’attendent à ce que je sois gentille… et comme ils se comportent avec moi comme si j’étais gentille, je deviens gentille! »

L’effet Pygmalion est le résultat d’un processus de projection mentale qui a un effet réel sur la réalité. Il pourrait même expliquer différents comportements sociaux tels les modes, les crashs boursiers ou les grands mouvements de fond. Si l’effet Pygmalion devait s’opérer ici, il pourrait bien établir la coopération comme nouveau paradigme. Plus de gens voudront s’y associer parce que plus de gens en parleront avec conviction… et ils en parleront avec plus de conviction parce que plus de gens s’y associeront! Et alors, votre voisin sera toujours libre de rester chez le compétiteur – c’est la beauté de la chose –, mais tandis que les coopérateurs se manifesteront autour de vous comme une vague de fond, vous saurez, vous, que vous avez eu raison dès le début. Bien sûr, me direz-vous. Parce que le bien commun… c’est aussi le mien! Un fou dans une poche!

 

Colette Lebel, agr.
Directrice des Affaires coopératives et adjointe
au secrétaire du conseil d’administration
La Coop fédérée
Courriel : colette.lebel@lacoop.coop
Télécopieur : 514 850-2567
 



Retour



Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés