Photo : Martine Doyon
 
Une place au soleil
Mars 2012
Enfin, on parle des coopératives sur la place publique! Il était grand temps qu'on se l'accorde, cette Année internationale des coopératives. Peut-être qu'un peu d'éducation coopérative nous ramènera vers le bon sens. Quotidiennement, les médias nous rapportent les désolantes retombées d'un capitalisme débridé, d'un système économique instable et chaotique. Crises, faillites, licenciements et, pour peu qu'on s'éloigne de son petit nombril, famines et révoltes. Plus rien ne va. Et pourtant, il se trouve des gens qui, les poches bien garnies, poursuivent leur ascension vers les plus hauts sommets d'une richesse individuelle jamais imaginée. Les 10 premières fortunes recensées par Forbes, par exemple, totalisent 400 milliards de dollars. Ces magnats possèdent donc en moyenne 40 milliards chacun. J'ai peine à concevoir une telle fortune personnelle. Il n'y a pas de limite à l'absurdité!

Ce climat économique, caractérisé par de grandes inégalités, est assurément malsain. Il alimente une série de poudrières qui risquent, tôt ou tard, d'exploser. Car s'il est un aspect de la vie sociale qui éveille et stimule l'activisme, c'est bien le sentiment d'être témoin d'injustices. Les chercheurs en économie comportementale ont d'ailleurs appelé cette donnée « IA », pour inequity aversion (littéralement : aversion pour l'iniquité). Cette aversion est si forte, ont-ils constaté, que bien des gens non visés par une injustice – et même des gens qui se trouvent favorisés par une injustice – sont prêts à se mobiliser pour rétablir l'équité. Une sorte de solidarité sociale instinctive, quoi.

Alors, on en conviendra : ne serait-ce que pour assurer une meilleure gestion des risques, le modèle coopératif devrait être proposé plus souvent. Car c'est un modèle qui se tient loin des excès. Il ne permet pas la concentration de la richesse entre les mains d'une petite minorité, mais ne la répartit pas non plus dans un tout-égal où se perd la motivation personnelle. Le modèle coopératif se tient au milieu. Il propose un équilibre : il sait récompenser le mérite, par l'attribution de ristournes au prorata de l'usage, mais il reconnaît par ailleurs que chacun a son mot à dire, comme en témoigne son fonctionnement démocratique. Ces considérations sociales, portées par l'entreprise coopérative, expliquent sans doute la grande stabilité et la pérennité dont elle fait preuve.

Qu'on ne se méprenne pas : on crée beaucoup de richesse en coopération. Beaucoup. On dit que les coopératives québécoises font travailler 92 000 personnes au Québec et génèrent un chiffre d'affaires de plus de 25,6 milliards. On dit encore que, sur le plan mondial, les coopératives font travailler plus de gens – 20 % de plus! – que toutes les multinationales mises ensemble. Mais à la différence des entreprises cotées en bourse, les coopératives redistribuent cette richesse de façon équitable parmi ceux qui ont contribué à la créer. Et mieux encore : cette richesse coopérative n'est pas qu'économique, elle est aussi sociale.

L'économie coopérative est en effet basée sur l'entraide et la solidarité. Le discours coopératif, jadis teinté de la morale chrétienne – « soyons bons les uns envers les autres » –, s'appuie désormais sur la recherche en sciences économiques et sociales. Ainsi, nombre de chercheurs qui s'intéressent maintenant à la coopération et aux préférences sociales constatent que, finalement… monsieur le curé avait raison! La Coopération, la solidarité, le souci de l'autre, tout cela fait partie de nos aspirations profondes d'hommes et de femmes, dont la recherche et la réalisation motivent l'action et conduisent au bonheur.

Vivement l'Année internationale des coopératives! Nous devenons tellement nombreux sur cette petite planète, aussi bien nous organiser pour que chacun ait sa place au soleil. Sans quoi l'avenir pourrait être à l'image de ce climat économique qu'on n'arrive plus à dompter : instable et chaotique.
 

Colette Lebel, agr.
Directrice des Affaires coopératives et adjointe
au secrétaire du conseil d’administration
La Coop fédérée
Courriel : colette.lebel@lacoop.coop
Télécopieur : 514 850-2567
 



Retour



Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés