Aller au contenu principal

Rapport annuel 2018

Division agricole

SÉBASTIEN LÉVEILLÉ, agr., MBA
Vice-président exécutif agricole

 

APRÈS UNE ANNÉE RICHE EN RÉALISATIONS, NOUS SOMMES PLUS QUE JAMAIS MOTIVÉS À DÉVELOPPER L'AGRICULTURE QUI VA DANS LE BON SENS, POUR LA PROSPÉRITÉ DES FAMILLES AGRICOLES.

 

 

Pour l’exercice 2017-2018, les ventes de la Division agricole s’élèvent à 2,125 milliards de dollars, alors qu’elles se chiffraient à 1,933 milliard de dollars l’an passé. Cette augmentation de près de 192 millions de dollars provient majoritairement des acquisitions réalisées par la Division agricole en 2018.

L’excédent d’exercice avant impôts est en diminution comparativement au dernier exercice, reliée à certains éléments extraordinaires. La performance des opérations courantes est toutefois en progression de plus de 2 millions de dollars, grâce à une impressionnante performance de l’alimentation animale et des productions végétales, lorsque l’on inclut les quotes-parts de placement.

Le climat politique et économique a été marqué par les pressions sur la gestion de l’offre, les accords de libre-échange ainsi que les guerres commerciales.

Le Secteur des productions animales a bénéficié d’une croissance et de gains de parts de marché dans le segment ruminant et laitier. Le secteur laitier a connu une amélioration de 3,8 % cette année, grâce au contexte de marché des produits laitiers et de poli­tiques laitières favorables jusqu’au milieu de l’année financière. Cette progression survient par ailleurs dans un contexte d’amélioration constante de l’efficacité alimentaire des troupeaux. Cependant, des coupures de quota, la baisse du prix du lait et l’incertitude sur le maintien du système de la gestion de l’offre, provoquée par la négociation de l’Accord Canada–États-Unis– Mexique, ont successivement ralenti le rythme de croissance à partir de la mi­-année. En production porcine, l’année est considérée comme satisfaisante à plusieurs égards pour les performances techniques; cependant, les performances financières n’ont pas suivi en raison d’un prix moyen à la baisse. La croissance du porc certifié La Coop et des volumes de ventes en hausse sont des facteurs positifs de l’année 2018.

En productions végétales, les ventes de fertilisants ont connu une hausse significative après le printemps 2017.
 

« Le climat politique et économique a été marqué par les pressions sur la gestion de l’offre, les accords de libre-échange ainsi que les guerres commerciales. »
 

Les ventes sont ainsi en forte augmentation en 2018, attribuable à une croissance de volumes au Québec, incluant les clients industriels, et à la performance de nos filiales Agrico et Agronomy Company of Canada (ACC).

Du côté des semences, les conditions de marché qui ont prévalu durant l’hiver dernier ont favorisé une augmentation des ensemencements de maïs au détriment du soya. Des conditions de marché favorables à la culture du blé ont supporté des augmentations d’ensemencement au Québec, tant pour le blé de printemps que celui d’automne. Nos ventes de maïs et de blé ont suivi les fluctuations influencées par ces conditions. Par ailleurs, un recul majeur des superficies de soya ensemencées dans les prairies a affecté nos ventes de redevances. Les faibles rendements de soya obtenus en 2017 par les producteurs ont influencé leurs plans de culture 2018. Enfin, l’acquisition de Maizex Seeds fut certainement l’événement marquant pour le Service des semences en 2018.

En protection des cultures, des changements réglementaires sont venus changer la donne dès l’hiver 2018 pour les produits contenant de l’atrazine, qui ont dû être remplacés par d’autres n’en contenant pas, d’où un maintien des volumes.

La performance d’Agronomy Company of Canada et du réseau Agromart continue de contribuer de manière significative aux résultats. Ce réseau a été fortement impliqué dans la planification et la conclusion de la transaction avec Cargill, dont les activités de productions végétales seront intégrées cette année.
 

« Le projet Vision 2020 a été au cœur de nos préoccupations. Grâce à la collaboration de tous, tout était fin prêt pour le lancement de Sollio & Vivaco Agriculture coopérative. »
 

Dans le Secteur des grains, le chiffre d’affaires est en hausse, principalement grâce à l’augmentation des prix en début d’été. Des réductions dans les volumes transigés pour le maïs, en raison d’une conjoncture de marché défavorable pour les marges, ont été contrebalancées par une hausse des prix de plus de 10 %. Les volumes de fève de soya ont également été inférieurs à l’an dernier.

Au chapitre des réalisations, mentionnons l’effort déployé pour concrétiser la transaction avec Cargill et assurer une intégration complète dès le premier jour. Le Secteur des grains a également lancé la construction de son terminal maritime d’exportation, à Québec.

Le projet Vision 2020 a été au cœur de nos préoccupations. Grâce à la collaboration de tous, tout était fin prêt pour le lancement de Sollio & Vivaco Agriculture coopérative.

Après une année de lancement réussie, le programme numérique a pris de l’expansion et de la vitesse, notamment avec l’ajout de nouvelles fonctionnalités à la plateforme AgConnexion, l’adhésion de 34 coopératives et détaillants et l’obtention d’un prix Mercure.

Au terme d’une année riche en réalisations et à la veille de son passage en mode Sollio Agriculture, l’équipe es plus que jamais motivée à développer l’agriculture qui va dans le bon sens pour la prospérité des familles agricoles. En effet, nous sommes désormais mille employés prêts à déployer notre nouvelle identité.

Voilà les défis qui attendent Sollio Agriculture, défis qui ne sauraient être relevés sans tous nos collaborateurs à travers le pays, nos collègues du comité de direction agricole et de la Société mère, le chef de la direction et le conseil d’administration qui nous appuient et nous épaulent dans la poursuite de nos objectifs.

Le vice-président exécutif agricole,

Sébastien Léveillé, agr., MBA